Pop / Rock

Partez en live avec Texas en tournée dans l’hexagone !

Partez en live avec Texas en tournée dans l’hexagone !

18 septembre 2013 | PAR Arnaud Berreby

Ce mois d’octobre verra l’invasion de notre territoire national par les écossais du groupe Texas, consécutive à la parution au printemps dernier, après huit années d’absence, de leur nouvel album (The Conversation, Pias).

Le combo emmené par la délicieuse Sharleen Spiteri s’est fait connaître, à ses débuts en 1989, à travers le planétaire single « I don’t want a lover, i just need a friend ».

L’acte fondateur, précurseur de cette riche carrière, est néanmoins frappé du sceau d’un double malentendu :
Tout d’abord s’appeler Texas et être originaire de Glasgow n’est pas chose facile à faire accepter, le nom du groupe étant en fait un hommage au film situationniste « Paris, Texas » de Wim Wenders.
Autre méprise : comment accepter l’idée de n’être qu’un ami pour la chanteuse, cette écossaise à l’attachant accent chuintant et à la moue boudeuse d’une Marilyn brune, une Debbie Harry sevrée, une Chrissie Hinde sobre, une Pat Benatar britannique mais en tellement plus féminine…
Nous étions en effet quelques-uns, à l’époque, à accepter cette amitié au nom d’une conception profondément altruiste des rapports humains tout en rêvant, en secret, d’une dérive à la Jean Claude Dusse : sur un malentendu cela aurait pu déraper vers un amour fou et dévastateur- qu’elle tombe donc, contre toute attente, raide dingue d’un french lover…C’est fou ce qu’on peut être mytho à 20 ans.

Le stratagème échouera, bien entendu, et l’on se contentera, en bon pote, de la laisser pleurer sur notre épaule, l’écouter narrer ses histoires de cœur ponctuées de nos « oh !», « ah ! », « le salaud ! »…

Le temps faisant ensuite son travail, nous serons en effet quelques -uns à tenter de l’oublier en devenant des Alzheimer volontaires de l’amour, exilés en Lilliput des sentiments en partance vers notre île d’Elbe dans le fol espoir d’être adopté dans un chenil et y aboyer nuit et jour en toute quiétude …

Puis,Texas fera paraître trois albums sur une période de dix années, assez pour un sevrage pensions nous. Nous serons encore quelques -uns, toujours les mêmes, à nous mettre alors en ménage avec de pâles clones de Sharleen ( pardon chérie je te dois la vérité) sauf que de l’Ecosse on en aura connu en définitive que sa douche.
Mais l’année 1999 verra la parution de l’album « The Hush » et le single « Summer Son », qui en est extrait, nous fera replonger de plus belle : un titre sensuel illustré par un clip torride qui campe une chanteuse à la beauté outrageante ne dévoilant pourtant rien de son anatomie.
Mais comment voulez vous que ses musiciens, sur scène, aux muscles tétanisés, restent concentrés avec « ça » devant leurs yeux exorbités comme dans un cartoon de Tex Avery ? Comme disait Mc Solar « ces boys bandent », et il se murmure même, dans le tout Paris(Texas), qu’ils auraient été récemment intronisés nouveaux membres du Raide.

Ils sont en tournée cet automne …
12-oct.-13 NANCY / JAZZ PULSATIONS
13-oct.-13 MONTBELIARD / AXONE
14-oct.-13 GRENOBLE / SUMMUM
16-oct.-13 TOULOUSE / ZENITH
17-oct.-13 NANTES / ZENITH
18-oct.-13 CAEN / ZENITH
20-oct.-13 LILLE / ZENITH
21-oct.-13 PARIS / ZENITH
23-oct.-13 MONTPELLIER / ZENITH

Visuel
(c) affiche

Benoit Brisefer : le tournage de l’adaptation est en route
Artémis, cœur d’artichaut, premier film charmant d’Hubert Viel

Une réflexion sur « Partez en live avec Texas en tournée dans l’hexagone ! »

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *