Pop / Rock

[Live-Report] Warhaus, Seafret et Jo Wedin & Jean Felzine pour le festival Clap Your Hands

[Live-Report] Warhaus, Seafret et Jo Wedin & Jean Felzine pour le festival Clap Your Hands

21 avril 2017 | PAR Laetitia Zicavo

Clap your hands ! C’était la devise d’hier soir au Café de la Danse où se déroulait la septième édition du festival qui accueillait dans ses locaux la wave rétro de Jo Wedin & Jean Felzine, suivie du rock doux et chaud du groupe Seafret. Enfin, les dandys belges de Warhaus ont apporté leur maîtrise musicale et leur mélodies riches sur scène. Report. 

C’est un public parisien ravi qui a retrouvé sur scène le duo franco-suédois Jo Wedin & Jean Felzine. Leur spécialité? Les slows rock rétro en veux-tu, en voilà. La voix puissante et claire de Johanna Wedin se pose agréablement sur des sons pop aux paroles sincères et expressives. Avec leur titres « Idiot » et « Les hommes » , les deux artistes parviennent à instaurer une atmosphère joyeuse très 50s. Place au groupe britannique Seafret !

dsc_0515

Deux salles, deux ambiances, c’est un peu l’idée de ce passage de flambeau. Après une vingtaine de minutes de pause, les deux jeunes artistes s’installent avec une certaine candeur sur la scène du Café de la Danse. Seafret va montrer de quel bois il se chauffe. Mention spéciale à Harry Drapper : le multi-instrumentiste était impressionnant de technicité. A jongler entre clavier, guitares acoustique et électrique, il donnait l’illusion d’être plusieurs tant la vigueur et la puissance de jeu était au rendez-vous. Talent qu’il a pu notamment démontrer sur leur titre envoûtant : « Be there » . Jack Sedman, son partenaire au chant, a usé de son charme et de sa voix parfaite pour séduire de nombreu(ses)x fans qui trépignaient devant la scène. Congratulé à plusieurs reprises dans la langue de Shakespeare, le public de plus en plus chaud a applaudi le talent des jeunes Britanniques.

dsc_0526

C’est enfin au tour de Warhaus : le groupe tant attendu se met en place avec une sorte de nonchalance lunaire qui annonce la couleur. Warhaus c’est le tout récent projet solo de Maarten Devoldere, le chanteur du groupe Balthazar, qui est venu nous présenter son album « We Fucked a Flame into Being » . Mystérieux et planant, c’est ce qui qualifie leur musique très rock indé aux influences 60s, qui est définitivement calibrée pour le live. C’est un régale pour les oreilles ! Entouré de musiciens de talent, chœurs, basse, clavier et bien d’autres sont assurés dans une riche harmonie. Lui-même est un musicien confirmé qui navigue sur sa basse comme sur une guitare électrique pour nous offrir une ballade splendide. Quand il ne chante pas d’une voix envoûtante, détachée et suave, Maartin Devoldere s’empare d’une trompette qui vient agrémenter des mélodies déjà très chargées en instruments. On pourrait croire que c’est trop mais tel n’est pas le cas tant le dosage est subtil. Sur « Beaches » , qui initialement ne dure pas plus de 2 minutes, effusions rythmiques et improvisations font doubler ce temps pour nous emmener dans une digression musicale merveilleuse et entraînante. Parfois « Against the rich » avec une folie dramatique et contagieuse, parfois dans une atmosphère rétro tintée de nostalgie comme avec « Machinery » , c’est avec « Memory » et dans une ambiance survoltée que se conclut Clap Your Hands : c’est tout pour ce soir ! Belle réussite pour ce premier jour de festival qui nous a offert des talents rock comme on les aime.

Visuels : Warhaus © Frederik Buyckx © Titus Simoens

Photos du concert © LZ

Gagnez 3×2 places pour la soirée NEWSCHOOL : ALL STARS LAWKYZ au New Morning
Bob Dylan, un Nobel au Zénith
Laetitia Zicavo

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *