Pop / Rock

[Live report] Stencil H : Emmenez-moi au bout de la terre !

[Live report] Stencil H : Emmenez-moi au bout de la terre !

18 janvier 2014 | PAR Arnaud Berreby

En 1974, Jon Landau, le grand critique Rock américain écrivait dans son journal en rendant compte d’un concert de Bruce Springsteen, alors quasi-inconnu:  » Aujourd’hui, j’ai vu le futur du Rock! » Les faits ne démentirent pas Landau et, quarante années plus tard, une foule innombrable de fans attend impatiemment la parution imminente du nouvel opus du Boss…

Nous n’aurons pas l’immodestie de nous prendre pour cet illustre journaliste et producteur, mais il est important pour nous, à Toute La Culture, d’être à l’affût des talents à vous faire découvrir. De temps à autre, il nous arrive d’assister à l’apparition d’OMNI( Objets Musicaux Non Identifiés), aux univers si personnels et originaux qu’ils ne peuvent être que remarqués et encouragés.          

Le 11 janvier dernier, nous avons eu le privilège d’assister, avec quelques élus chanceux, à un concert privé de Stencil H, quatuor rock très cohérent et efficace. Pour définir ce groupe, il vous suffit d’imaginer une rencontre du troisième type entre le Rock détaché mais incarné d’un Dire Straits période « Sultans of Swing » et d’un Blues à la Gallagher époque  » Bought and Sold ».

Les textes sont, de plus, gorgés de références allégoriques, ce qui n’est pas pour nous déplaire vu les considérations adolescentes habituelles qui nous sont infligées dans ce style musical ! Les origines canadiennes de Do, le fondateur du groupe nous parlent d’infinies routes sans but, de lacs aux dimensions gargantuesques- sont-ils encore des lacs?-, d’êtres humains aperçus dans des lieux-dits improbables, aux yeux habités qui quémandent une réponse à leurs inquiétudes antédiluviennes: la terre promise était un mirage, elle se dérobe sous leurs pieds…

Ils attaquent donc leur concert avec une reprise punchy de « Sympathy for the Devil », hargneuse et sanglante -mention spéciale à la section rythmique- suivie de « Gravity Rain » tendre et mélancolique, puis « Blue Sea Lake », ondulante et mystérieuse au groove hypnotique. Ensuite un moment d’une rare intensité nous est offert avec l’exécution de « The Contender », titre à découvrir d’urgence, hommage classieux à la grande et regrettée Amy Whinehouse… D’autres titres défilent dont une reprise de BB King (« Thrill is Gone »). Le final, « Diplomatico », tendu et brillant est très représentatif de la tenue haute en intensité de cette soirée.

Une tournée est annoncée en île de France pour le printemps et, bien entendu, Toute La Culture vous tiendra au courant des endroits à fréquenter en compagnie de Stencil H.

Informations pratiques: stencilh.com

L’été où j’ai appris à voler de Dana Reinhardt
Souls, Olivier Dubois fait danser la violence

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *