Pop / Rock

[Live report] L’Olympia euphorisé par la pop pétillante de Of Monsters and Men

[Live report] L’Olympia euphorisé par la pop pétillante de Of Monsters and Men

26 juin 2013 | PAR Ines Zorgati

Hier mardi 25 juin, les islandais du groupe Of Monsters and Men ont rempli la mythique salle de l’Olympia de leurs sonorités pop-folk pétillantes et de leur enthousiasme hautement communicatif. Une vraie dose de bonne humeur et un spectacle court mais intense auquel Toute la Culture a assisté. On vous raconte.

C’est à croire que la scène islandaise n’a de cesse de s’exporter internationalement ces temps- ci, car après Björk, Sigur Ros ou encore Olafur Arnalds, c’est au tour des talentueux membres du groupe Of Monsters and Men de faire un carton dans la capitale française. Et comme un Islandais n’arrive jamais seul, c’est leur compatriote Asgeir Trausti qui ouvre le bal en assurant la première partie. Casquette vissée sur la tête, il alterne chansons pop mélodiques à la guitare acoustique et morceaux presque éléctro au clavier devant un public impatient mais charmé par sa performance.

d menLorsque le groupe star de la soirée apparaît enfin quelques minutes plus tard, c’est derrière un long drap blanc sur lequel danse les ombres des six musiciens et de leurs instruments. Certes, Sigur Ros l’a déjà fait nous direz-vous, et notamment lors de leur concert au Zénith le 27 février dernier, mais on préfère voir là un clin d’œil à ce groupe dont ils déclarent souvent être fans. Et cette référence à Sigur Ros est de plus vite oubliée tant leur musique est différente. dès les premières notes, le public danse, sautille, tape des mains en rythme les paroles de Dirty Paws, Moutain Sound, ou encore King and Lionheart. Si les chansons sont toutes en anglais, un petit drapeau islandais accroché à la batterie de Arnar Rósenkranz Hilmarsson flotte comme bienveillant pour rappeler les origines et attaches du groupe.

Dans la salle, les styles vestimentaires des fans sont à l’image de ceux sur scène: incohérents, comme improvisés mais décontractés. La chanteuse  Nanna Bryndís Hilmarsdóttir arbore fièrement un pancho multicolore, le chanteur et guitariste a soigneusement accordé sa chemise à son chapeau, tandis que le bassiste Kristján Páll Kristjánsson est en costume trois pièces et noeud papillon. A croire qu’ils se sont presque retrouvés là par hasard.

ers anLorsque  retentit le tube phare du groupe, Little Talks, c’est une euphorie collective qui secoue l’Olympia encore recouvert de paillettes qui ont été propulsées sur le public un peu plus tôt. La salle chante en chœur et se fait une joie de ponctuer les refrains du fameux « hey! », sonore et enthousiaste qui illumine la chanson.

Une soirée dont on repart, après un rappel bien mérité, forcément avec le sourire bien que le concert n’ait duré qu’à peine plus d’une heure. On l’entend dire souvent, ce n’est pas la durée qui compte mais la qualité, et ce soir il y en avait assurément.

Retrouvez le clip de Little Talks, succès incontournable de Of Monsters and Men:

Visuels: (c) Inès Zorgati.

Le sexe désabusé des Impromptus au Pavillon du Lac
Les vernissages de la semaine du 26 juin
Ines Zorgati

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *