Pop / Rock

[live report] La douceur folk de City and Colour et la pop énergisante des Twin Forks font monter la température du Café de la Danse

[live report] La douceur folk de City and Colour et la pop énergisante des Twin Forks font monter la température du Café de la Danse

08 juin 2013 | PAR Ines Zorgati

 

 

 

C’est un vent de douceur mélodique qui a soufflé hier soir sur le Café de la Danse porté par la voix envoutante de Dallas Green, qui signe ses albums solos du nom de City and Colour (une ville, Dallas, et une couleur, green, le vert). Entre ballades folk émouvantes et morceaux frôlant le rock, le chanteur a enchanté ses fans de ses tubes les plus connus comme de nouveautés issues de son nouvel album The Hurry and the Harm, sorti il y a seulement quelques jours.

imageOn ne va certes pas se plaindre du retour tant attendu des beaux jours, mais le nombre impressionnant de fans venus applaudir City and Colour fait rapidement monter la température de la salle du Café de la Danse et la chaleur se fait vite étouffante dans le public et sur scène, comme nous le confie le chanteur en buvant une bière qu’il espère fraiche. Heureusement, la fraicheur de la voix haut perchée du chanteur nous transporte presque instantanément dans les verts espaces boisés de son Canada natal et ses ballades mélodiques comme les chemises de bucheron des musiciens nous font voyager avec volupté au pays des élans et du sirop d’érable.

Si les chansons se suivent et se ressemblent beaucoup dans l’ensemble, il faut bien l’avouer, Dallas Green prouve qu’il peut aussi surprendre en interprétant par exemple une chanson dont le style un peu jazzy-blues qui enchante rapidement le public. Mais c’est surtout lorsque tous ses musiciens le rejoignent sur scène pour un morceau extrêmement rock, vestige de son passé de chanteur et guitariste du groupe post harcore Alexisonfire, que Dallas Green étonne ses fans.

Après plus d’une heure et demie de concert, l’artiste tire sa révérence mais est vite rappelé par des fans inquiets de n’avoir toujours pas entendu LE titre phare de City and Colour. Pour notre plus grand bonheur, il revient prestement, taquin, et entonne le célèbre et émouvant The Girl, repris en choeur par toute la salle qui visiblement n’attendait que ça.

Mais la véritable claque de la soirée revient incontestablement aux excellents jeunes musiciens du groupe Twin Forks qui en assuraient la première partie et qui, à coup de pop aussi énergisante qu’euphorisante ont brillamment mis le public dans leur poche de jean hipster. A découvrir de toute urgence !

photo

Visuels: (c) Inès Zorgati.

 

Le théâtre populaire existe-t-il ?
Muriel Fabre-Magnan se penche sur la fiction et les réalités de la gestation pour autrui
Ines Zorgati

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *