Pop / Rock
[Live report] Joseph Léon au Silencio

[Live report] Joseph Léon au Silencio

23 octobre 2013 | PAR Yaël Hirsch

C’est devant un Silencio rempli plein à craquer de fans et du public international de la FIAC que le chanteur barbu à la voix folk a pu interpréter plusieurs titres de son deuxième album « The bare Awakening » quelques jours avant sa sortie du 28 octobre.

[rating=2.5]

1540-1Après « hard as Love » où Joseph Léon avait trouvé son public et marqué les esprits comme capable de se mettre à nu avec la classe folle de la tradition folk et la chaleur abondante des a voix d’outre-Atlantique, le chanteur est de retour à partir du 28 octobre avec un album au titre évocateur The bare awakening (« le réveil nu »). Baptême du feu, donc hier soir, pour Joseph Léon sur la scène lynchienne d’un Silencio plein d’un public trié sur le volet. Et la concentration était à son maximum, dès la première chanson que celui qui a fait les première parties de la tournée de son ami Hugh Coltman a choisi d’interpréter accompagné d’une belle et mélancolique brune, un titre qui fêtait les vacances de manière assez entraînante, laissant ensuite Joseph Léon plus seul (mais accompagné de ses trois fidèles musiciens) pour nous dire – en anglais- des choses profondes et mélancoliques. Le troisième morceau flirte avec le bluegrass, et c’est une déclaration de désir du cow-boy à la jolie fille, avant d’entamer un retour à des « chansons un peu moins enjouées », selon le mot de Joseph Léon qui passe de l’anglais en français avec aisance pour les commentaires. Ajoutant une touche de trip-hop à sa folk, mais toujours impassible de corps et d’esprit, Joseph Léon a enchaîné une série de chansons d’une tristesse infinie où son timbre ambré s’est parfois un peu perdu mais a toujours retrouvé son chemin. Chaleureusement applaudi, le chanteur s’apprête à réitérer, devant un autre public, le 26 octobre à la Flèche d’or.
Entre-temps,et en attendant la sortie de l’album, voici le premier titre : « One for the money ».

Quant au Silencio, il fête son partenariat avec la FIAC et propose de très belles soirées, dont une carte blanche à Ryan Trecartin et Lizzie Fitch ce soir, et une autre à Christian Boltanski, vendredi. Membres et titulaires de la carte FIAC/Silencio sont les seuls admis à ce festin d’art contemporain.

visuel : Couverture de l’album The bare awakening.

Anywhere, Anywhere Out of the World : Philippe Parreno tire les ficelles d’un ballet élégant au Palais de Tokyo
La dynastie Donald Duck tome 12 de Carl Barks
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *