Pop / Rock

L’interview stroboscopique : Bikini Machine

L’interview stroboscopique : Bikini Machine

05 mai 2015 | PAR Bastien Stisi

Crépitements lumineux, rugissements scintillants, et coup de strobo sur Bikini Machine et leur nouvel album Bang On Time !, qui marque le retour studio d’un groupe qui laisse derrière lui les essayages français et électroniques pour se re concentrer sur la récitation d’un rock humecté dans une ambiance soûl, frontale et particulièrement efficace !

Entre votre album en collaboration avec Didier Wampas, votre album de reprises de Dutronc, et vos adaptations du Desperado de Rodriguez, Bang on time! marque votre grand retour studio et solo. Y avait-il besoin de revenir à ce format discographique plus traditionnel parlant ?

Bikini Machine : En fait, on a commencé à travailler sur Desperado fin 2010 juste après la tournée du Full album et on a fait les premières sessions studio de Bang on time! durant l’été 2011. A la fin de cette année-là on a rejoint Didier pour 2 tournées pendant un peu plus de 2 ans. On a donc repoussé la sortie d’un nouvel album pour éviter toute confusion…En ce qui concerne l’album de reprises de Dutronc, il remonte à 2005…

Cet album, on apprend qu’il a été enregistré en trois ans…N’est-ce pas trop compliqué de conserver une véritable logique esthétique avec un laps de temps aussi important ?

Bikini Machine : On souhaitait faire quelque chose de plus simple, avec moins d’électronique, moins de samples, prendre une direction plus soul, donc exit le Français, les instrumentaux : ça a finalement été notre album le plus simple à réaliser !

Cette scène qui introduit votre clip « Stop All Jerk », et qui montre un homme qui semble être un producteur en train de vous rejeter de manière catégorique, est-ce une métaphore / un rappel de votre propre parcours ?

Bikini Machine : Non et heureusement, ça doit pas être très agréable de vivre ça ! C’est une idée d’Armel Gourvennec, le réalisateur qui trouvait culotté de commencer un clip par ce genre de scène. Et puis l’autodérision ne fait pas de mal aux artistes, bien au contraire…

Bang on Time!, ce titre, est-ce une référence au caractère explosif et frontal de cet album qui dépasse à peine les 30 minutes ?

Bikini Machine : Comme cela signifie en anglais « pile à l’heure », c’est pour nous une manière d’ironiser sur les 4 ans qui séparent les deux albums.

D’un point de vue discographique, où en êtes-vous ?

Bikini Machine : On a sorti 5 albums, 2 compilations d’instrumentaux, 2 45t, un album de remix et un album avec Didier. Ca fait pas mal de trucs en fait. Peut être qu’un album live serait bienvenu à ce stade.

Je cherche des sons pour remplir mon iPod…quelque chose à me conseiller ?

Bikini Machine : Oui le premier album de Forever Pavot sorti l’an passé.

15/05 – Bourges (18) Cosmic trip Festival
23/05 – St-Quentin (02) Bang Bang Festival @ Le Splendid
05/06 – Ingré (45) Festival Les Ingrédients
06/06 – Vertou (44) Festival Charivari
21/06 – Houilles (78) Fête de la musique @ La Graineterie
27/06 – Verdun (55) Musiques et Terrasses
16/07 – St-Jean-de-Monts (85) La Déferlante
21/07 – Grenoble (38) Cabaret Frappé
06/08 – St-Hilaire-de-Riez (85) La Déferlante
07/08 — Trévou–Tréguignec (22) Festival Chausse Tes Tongs
14/08 – St-Brieuc (22) Les Nocturnes
22/08 – Malguenac (56) Festival Arts des Villes Arts des champs
28/08 – Bréal-Sous-Montfort (35) Festival du Roi Arthur

Bikini Machine, Bang On Time !, 2014, Yotanka Productions, 32 min.

Visuel : (c) pochette de Bang On Time ! de Bikini Machine

« François Ier, pouvoir et image à la BNF » : un anniversaire royal
[Interview] (LA) HORDE « Il y a une danse post-internet »
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *