Pop / Rock

Lenny Kravitz célèbre l’amour à l’AccorHotels Arena

Lenny Kravitz célèbre l’amour à l’AccorHotels Arena

17 juin 2018 | PAR Laetitia Zicavo

La légende Lenny Kravitz a célébré la vie et l’amour hier dans la salle de l’AccorHotels Arena. Le chanteur et « sa famille » de musiciens expérimentés enflammaient la capitale grâce à une performance musicale et un final épiques.

Après une première partie très soul et rock assurée par Curtis Harding, le très attendu Lenny Kravitz et ses musiciens entrent en scène sous les clameurs de l’arène pleine à craquer pour l’occasion. Le concert est un événement. Le chanteur, qui sort son nouvel et 11e album « Raise Vibration » le 7 septembre prochain, est en pleine tournée européenne et s’arrête à Paris pour le plus grand plaisir de ses fans.

Que dire de plus si ce n’est que Lenny Kravitz est une légende qui ne se présente plus. Il a assuré le show hier, dans son indémodable pantalon en cuir et arborant les lunettes de soleil qui lui vont si bien. Evidemment il enchaîne les tubes comme American Woman qu’il prolonge sur un tribute à Bob Marley avec Get Up, Stand Up. Il joue également Low et It’s enough extraits de son nouvel album ainsi que des titres comme The Chamber, It’s ain’t Over ‘Til it’s Over, I Belong to You, I’ll be Waiting, le très rock Always On The Run, Believe, et bien sûr Fly Away.

Savourant chaque instant de sa présence sur la scène parisienne, Lenny Kravitz échange avec son public en français entre deux titres à coup de « merci beaucoup Paris ». Et nous avoue qu’il « est Parisien au fond ». Sa ville adoptive le lui rend bien : le public est visiblement aux anges.


La musique au centre du show

Ce qui fait la réussite de ce concert c’est aussi les musiciens exceptionnels qui l’accompagnent, qu’il nous présente comme sa « famille ». Et il s’entoure bien Lenny ! Craig Ross, « son frère », qui a collaboré notamment avec Eric Clapton, B.B. King ou encore Aerosmith, est un guitariste incroyable qui nous fait rêver avec ses solos. La bassiste Gail Ann Dorsey, qui a joué dans le groupe de David Bowie, est également à ses côtés. Ludovic Louis nous offre un solo de trompette à se damner et Franklin Vanderbilt assure à la batterie. Enfin, Harold Todd et Michael Sherman, le « petit nouveau » de la bande, ajoutent le saxophone à cette troupe déjà bien garnie. Le chanteur prend le temps de présenter ces musiciens l’un après l’autre et il a bien raison vu tous ces talents réunis. Tous assurent un show exceptionnel. Lenny Kravitz a le don de s’entourer des meilleurs et il peut définitivement compter sur eux pour un show rock et soul comme on en rêve.


« Love is everything »

Selon le chanteur, l’amour est la réponse à tous les maux: « la paix commence en vous, dans la manière dont vous traitez votre mère, vos enfants… ». Avant d’ajouter : « cette ville a eu beaucoup de problèmes mais je sais que vous avez l’esprit et le cœur pour faire face » et surtout qu’il ne fallait pas laisser gagner ces « motherf***ers ». Sur Let Love Rule, il laisse ses musiciens en charge de prolonger le plaisir puisque le titre s’étire sur près de 25 minutes alors que le chanteur entame un bain de foule dans l’arène ! D’abord dans les gradins, puis carrément dans la fosse, le chanteur n’en fini pas de fendre la foule.

Pour le titre final, il exécute enfin Are You Gonna Go My Way : veste tombée et guitare électrique en main, il enflamme une dernière fois la foule avec un climax musical qui clôture ce concert exceptionnel. Cerise sur le gâteau, il fait monter sur scène un couple pour une demande en mariage qui illustre bien la déclaration d’amour de Kravitz à sa ville d’adoption.

Photos:

© 2017_Mathieu Bitton

© 2018_Mathieu Bitton

© Cover Album Raise Vibration

Photo du concert © LZ

Faust inédite de 1859 au Théâtre des Champs-Elysées
Mélissa Laveaux au Tarmac : la chanteuse canadienne signe un spectacle inédit
Laetitia Zicavo

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *