Pop / Rock
Le Show Particulier d’Oliver Tree

Le Show Particulier d’Oliver Tree

23 novembre 2019 | PAR Pierre Poughon

Un tout jeune artiste et déjà un Trabendo presque rempli hier soir. On s’attendait à une nuit de folie, Oliver Tree a rendu une copie parfois à la limite du gênant.

Avec quelques singles et un EP en poche, Oliver Tree ressemble à un petit poussin dans le monde la musique. Après écoute de ses différentes collab avec des états-unienns comme des français, on se rend compte que le producteur est un gros client. En plus de la création, Oliver Tree tient pour charge la voix principale, composant de façon magistrale de ses sons complets. Alternant avec pour seule base la pop s’orientant vers différents styles allant du rock à l’EDM, le natif de la Californie est déjà reconnaissable de par sa voix pitchée et son style assez particulier. Débordant sur le rap, se résumant parfois à de pleins hymnes, les tracks de l’artiste sont créés sur la base d’un concentré d’énergie s’ébauchant dès les premiers kicks et synthés. Tous ses sons ambiancent les moindres oreilles, et étonnent. Implacablement, Oliver Tree impose son style, un style un peu particulier dans un univers en constante recherche de nouveauté. En voici une, et une pas comme les autres. A écouter pour avoir un avant-goût du futur.

Le show est lui ultra préparé. Des peruques, des guest de son équipe, des costumes et autres, Oliver Tree en devient presque showman. Demandant de dégainer son téléphone ou de simplement danser, tout est relativement prévu. A la limite du sketch humoristique, ses deux musiciens (un batteur et un clavier/guitariste/backeur) comme lui se griment au fur et à mesure des sons, la scéno est à la limite du grotesque. Par exemple l’intro de Thunderstruck des AC/DC presentée comme une nouvelle compo finie juste avant de monter sur scène, ou ce pseudo sosie du rappeur Lorenzo venu entonné le feat avec le producteur. Étonnamment, ça marche. Le jeune public est conquis, il faut avouer qu’il met malgré tout une ambiance monumentale. Mais vraiment entre les caméos, les minis sketchs préparés, le mec qui vient lui apporter de l’eau ou un nouveau costume de manière religieuse, s’agenouillant limite devant le chanteur, tout ça paraît superflu quand on voit le niveau du trio scénique live. Vraiment, c’en gâche même quelque peu le plaisir. Il n’empêche, ces gars-là ont préparé un show en adéquation parfaite avec le public, qui n’en finit pas de le rendre à l’artiste dès que celui ci le demande.

Crédits Photo : Cover d’Oliver Tree – Fuck

Retour sur le Concours Long-Thibaud-Crespin 2019 (piano) : Sentiment d’indigestion
Wild nights with Emily, les amours d’Emily Dickinson au festival Chéries-chéris
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *