Pop / Rock

Le choc Psychotic Monks

Le choc Psychotic Monks

12 avril 2019 | PAR Pierre Poughon

Psychotic Monks est un choc dès la première écoute. En live, c’est encore mieux, preuve en était hier soir, à La Maroquinerie.

Rare est la possibilité d’entendre un groupe aussi noir, aussi chaotique. C’est pourtant ce qui caractérise le mieux les quatre Psychotic Monks. Ces types, absolument géniaux, à la fine frontière entre rock psyché et une sorte d’exutoire salvateur. Dans une phase en contretemps avec ce qu’il se fait actuellement, le groupe ne recherche ni leader ni construction classique. Pas de couplet, de refrain, de bridge et autres carcans par lesquels se plient tous ceux qu’on écoute. Leurs albums, dont le deuxième et dernier, Private Meaning First, est sorti il y a quelques semaines, sont structurés en chapitres cohérents et indépendants. Un chaos organisé, une basse, un synthé, une guitare (voire deux) et quatres chanteurs. Simplement sur une autre planète, les quatres français régalent par leur intelligence, leur talent, leur envie, leur existence, leur différence. Un ovni impossible dans un univers si structuré. Une pépite dans la galaxie musicale qui compose notre si simple planète. Un vent de fraîcheur noir et chaotique.

Le choc. Les mots manquent. Hébété, juste sans voix. L’expérience est incroyable. Des moments intenses, oscillant entre pogos vivants et torrent de larmes. Nos quatre français, en transe, ont offert au public de La Maroquinerie une histoire incroyable. Un regard dans leur monde noir, chaotique, encore une fois, salvateur. Chaque cri, chaque note, chaque drum transperce, s’imprègne directement dans l’être, dans l’âme du spectateur. Leur live donne l’impression d’un lâché incontrôlable de leurs plus effrayantes peurs. Comme si crier, jouer, bouger était leur propre manière de vivre, vraiment. Juste d’exister, de ressentir, de penser. Une seconde hors de l’eau. Redécouvrir leurs chansons en live revient à écouter un nouveau groupe, d’une qualité différente de ce qu’il est possible d’écouter sur nos plateformes de streaming préférées. C’est une expérience juste effarente. Un choc, encore une fois. Ce groupe donne l’envie de survivre dans une planète vouée à sa perte. À travers un raz-de-marée, il est possible de sortir la tête de l’eau, le temps d’un concert, le leur. Hors de portée du reste du monde, ils sont promis à un grand avenir.

Visuel : Pochette de Private Meaning First

« Accusations », retour dans la boîte noire d’Ann Van den Broek
L’agenda du Week-end du 12 avril 2019
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *