Pop / Rock

Kate Tempest comme une bulle qui éclate dans un magma en fusion

Kate Tempest comme une bulle qui éclate dans un magma en fusion

28 octobre 2019 | PAR La Rédaction

Un concept album splendide The Book of Traps and Lessons produit par le mythique américain Rick Rubin et une tournée rare, indélébile qui passe par Bruxelles, Paris, Berlin, aux villes excetera : l’écrivaine, poétesse, dramaturge et rappeuse anglaise Kate Tempest poursuit son exploration des mots, aux accents plus intimistes, moins hip hop, davantage spoken words.

 

Par Sylvia Botella

 

(Verse 1) Apparition stupéfiante au Festival des Libertés à Bruxelles, Kate Tempest ne semble pas être éclairée, mais plutôt irradier sa propre lueur étrangement aveuglante. Quelques spots lancent des jets de lumière – effet #Blast – qui heurtent le plateau et ricochent, créant la sensation que c’est de la bouche butée de Kate Temp

est qu’ils jaillissent. Il faut la regarder, il faut écouter ce qu’a à nous dire Kate Tempest. Sa maîtrise du langage n’a que peu d’équivalents, aujourd’hui. Dans le spoken words étourdissant The Book of Traps and Lessons, un mot n’en vaut jamais un autre. Il y est capté dans sa plus absolue pureté et sa sidérante plasticité. Il captive le regard et piège notre écoute… nous réveillant soudainement comme une bulle qui éclate dans une lave en fusion.

(Refrain) «I see the truth /Even here, in the lies of the city » (track Lessons)

(Verse 2) Vibration intime ou sécheresse du constat ? Rarement les deux ne se seront autant mélangés que dans The Book of Traps and Lessons qui décrypte tout ce qui nous entoure. Rien ne paraît plus complexe à dénouer que ce nœud-là aussi nocturne que diurne, aussi souterrain qu’aérien : l’humain est à la fois grand et petit, un détail et un tout. La force expressive du long poème tient aussi pour partie à ce que la profusion des images, des réalités, des signes va de pair avec une soustraction, un concentré éliminant tout ce qui diluerait le sujet profond, qu’il s’agisse de l’urbanité, de l’enfermement social, de la solitude ou du racisme. Rares sont les œuvres qui parviennent à un tel équilibre de grandeur ravageuse et d’apaisement presque spirituel régi par l’amour. Plus qu’une déferlante médiatique, The Book of Traps and Lessons serait-il le fruit d’un art déjà arrivé à pleine maturation, à l’état pur, viscéral, plein de misère et de corps célestes ? Face à une telle œuvre aussi accomplie, digne de figurer aux côtés de l’œuvre toute aussi rageuse mais sans possibles de Sarah Kane, cette question finit par ne plus se poser.

(Refrain) « Your loneliness is the symptom, not the sickness » (Track Holy Elixir)

(Verse 3) Le concert semble durer une éternité comme pétrifié dans la grâce. Et c’est seulement longtemps après, qu’on revient à la vie, éprouvé dans sa chair, qu’on rouvre les yeux et qu’on laisse couler au fond de son esprit le long spoken words d’extase de Kate Tempest. Sa brillance qui taillade la nuit est le signe de son puissant élan vital.

Refrain « Cause i can see your faces » (track People’s Face).

Tournée : https://www.katetempest.co.uk

Visuel : Festival des libertés

Une playlist 5ème semaine (de congé)
English Itinerary of the Week
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *