Pop / Rock

« Hotel California » L’album culte des Eagles réédité pour son 40eme anniversaire.

« Hotel California » L’album culte des Eagles réédité pour son 40eme anniversaire.

30 novembre 2017 | PAR Jean-Christophe Mary

« Hotel California, New Kid in Town, Life in the Fast Lane, Victim of Love… Ces titres pop rock plein d’énergie folk ont marqué à jamais les générations de mélomanes.

Formé en Californie en 1971, The Eagles dont les ventes d’albums se comptent par dizaines de millions, figure aujourd’hui parmi les plus grands noms du pop rock du 20eme siècle. Chef de file du country folk, le quintet rencontre le succès dès l’année suivante avec son premier album éponyme et s’impose avec des titres iconiques comme  » Take it Easy ». Avec l’arrivée de Joe Walsh en 1974, The Eagles opère alors un changement de cap musical qui les mènera au pop rock et à la sortie leur album phare « Hotel California ».

Sorti en 1977 dans la foulée de « Greatest Hits », leur première compilation a succès, « Hotel California » reste une pierre angulaire de la musique californienne des années 70-80.
Cet album est le premier à être conçu sans le guitariste Bernie Leadon qui a donné aux Eagles cette couleur country. L’arrivée de Joe Walsh (ex-James Gang)
marque une nouvelle direction artistique avec ce virage pop rock. Le batteur Don Henley occupe une place centrale comme chanteur leader mais aussi comme auteur. Sur les six chansons auxquelles, il contribue, Don Henley apporte une profondeur et une maturité aux compostions. Dans ses textes, il dénonce ce mode de vie occidental à la dérive, évoque les dangers du succès, les excès en tout genres (les drogues, l’alcool, les filles). Autant de sujets qui concerne directement les Eagles après des tournées toujours plus longues, toujours plus épuisantes, ce rythme infernal d’où surgissent d’inévitables tensions. Avec ses 6,30 minutes, le tube « Hotel California » est le slow de l’été qui fait chavirer les cœurs. Cette ballade langoureuse évoque aussi la folie et les hallucinations que procurent les drogues dures à travers la métaphore de cet homme, roulant en plein en plein désert qui s’arrête pour passer la nuit dans un hôtel hanté peuplés de personnages étranges. Hôtel duquel il ne pourra s’échapper. La pochette de David Alexander et John Kosh représent au crépuscule, le Beverly Hills Hotel à Los Angeles, dont les liaisons, les scandales nourrissent le mythe.
Si dans leurs premiers albums, les cinq musiciens se cherchent, tâtonnent dans un country rock peu convaincant, cette fois les mélodies et les harmonies pop s’articulent autour de la rythmique efficace de Randy Meisner (chant, basse) et de Don Henley. Le jeu de guitare croisé de Don Felder et de Joe Walsh frôle parfois des sommets d’extase.
De « New Kid In Town » à « Wasted Time», ce mariage des cinq voix ces guitares rock où chaque note est alignée de manière précise, fait de véritables merveilles. Les saillies de guitare aigüe et stridente de Joe Walsh renforcent l’ossature des titres les plus les plus rock tels « Life In The fast lane» ou le particulièrement speedé « Victim of Love ». « Hôtel California » est un disque de référence au succès phénoménal avec 32 millions d’exemplaires écoulés dans le monde. Peut être est ce du à la construction originale voir parfois très particulière de certains titres signés Buckingham tel « Think About Me ». Rythmique impeccable, perfection vocale, mélodies entêtantes, rythmiques pop groovy, The Eagles aura bien été l’un des maîtres de la pop rock des 70-80. Le groupe pris dans le tourbillon de la célébrité drogue, connaitra un lent déclin et des relations tendues Glenn Frey (chant, guitare, claviers) et Don Felder (chant, guitare).
Hotel California ressort en version 2CD album remasterisé. En plus de l’album complet entièrement mixé en haute-définition, on trouve des titres inédits, enregistrés lors de leurs concerts au Los Angeles Forum, les 20 et 22 1976. Avis aux amateurs.

Jean-Christophe Mary

CD 1 : Album original

Hotel California
New Kid in Town
Life in the Fast Lane
Wasted Time
Wasted Time (Reprise)
Victim of Love
Pretty Maids all in a Row
Try and Love again
The Last Resort

CD 2 – Live at The Los Angeles Forum – 10/20-22/76

Take it Easy
Take it to the Limit
New Kid in Town
James Dean
Good Day in Hell
Witchy Woman
Funk
One of these Streets
Hotel California
Already Gone

Je suis un pays, l’Olympe Shakespearien de Vincent Macaigne
Trois livres pour mieux connaître André Derain chez Hazan
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *