Pop / Rock
Festival DARC : Superbus fait monter la température

Festival DARC : Superbus fait monter la température

16 août 2022 | PAR Rachel Rudloff

Le célèbre groupe des années 2000 fête son 20e anniversaire en remontant sur scène et en préparant un 7e album, et ils n’ont pas pris une ride. Hier soir, ils étaient au festival DARC de Châteauroux. 

Superbes et fiers 

Avec les premières notes de Lola, Superbus – « superbe » , »fier » en latin – donne déjà le ton de la soirée : rythmée et rock. Le public est au rendez-vous, paillettes, pancartes et tenues sont de sortie, pour les jeunes et les moins jeunes. C’est une tradition : le groupe avait déjà ressorti un album en 2013 pour fêter leur 10e anniversaire en 2012 (voir notre article ici) et les revoilà sur scène. 

Inspiré du modèle californien, le groupe pop rock propose une formation inédite en France : une chanteuse entourée d’un bassiste, d’un guitariste et d’un batteur pour des chansons en français et en anglais. Leur cohésion sur scène fait plaisir à voir : le bassiste et le guitariste se lâchent sur les solos, animent la foule entre deux titres pendant que Jennifer Ayache (chanteuse) respire. Bref, on a l’impression de retrouver une vraie famille. 

Des retrouvailles émouvantes

Côté public, c’était sûrement l’un des concerts les plus remplis du festival – qui se termine ce mardi soir côté musique et continuera avec de la danse. Encore une fois, il y a tous les âges : les parents venus avec leurs enfants – parfois très jeunes – dans la fosse, les grands-parents dans les gradins, et entre les deux, les curieux, les fans qui connaissent chaque parole et celles et ceux qui se laissent happer par les paroles légères et les rythmes rock. 

Les refrains rentrent vite en tête et nous donnent rapidement envie de hurler les paroles en chœur : ça fonctionne, la foule chante juste, sous les yeux épatés du groupe. Une danseuse de Pole Dance vient même déchaîner le public, à l’image du groupe et de l’énergie de la chanteuse : libre, séduisante et passionnée. Un beau concert, avec un groupe qui n’a pas pris une ride et qui accroche notre attention même si l’on ne connaît pas parfaitement leurs albums ! 

Visuel : Superbus, wikicommons. 

« Les Bienheureux » : enquête sur une maladie orpheline par Julien Dufresne-Lamy
L’agenda classique et lyrique du 16 août
Rachel Rudloff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture