Pop / Rock
[Chronique] « Time for a Change » d’Elephanz : pop hybride et flamboyante

[Chronique] « Time for a Change » d’Elephanz : pop hybride et flamboyante

24 octobre 2013 | PAR Bastien Stisi

Elephanz - Time for a Change[rating=4]

Au sein d’une scène pop nantaise aussi nombreuse que prometteuse (Pony Pony Run Run, Pegase, Anoraak…), les deux frangins de Elephanz (Jonathan et Maxime Verleysen) proposent depuis quatre années une pop alternative arty et cependant tubesque, enfin pérennisée dans le marbre et dans les tympans par l’intermédiaire d’un premier album, Time for A Change, à paraître ce lundi chez Naïve. Une écoute, une belle confirmation, et un café allongé aux côtés des deux membres du groupe pour fêter l’arrivée de l’un des tous meilleurs disques pop made in France de cette fin d’année.

Le changement pour maintenant et le salut dans l’espoir

Le changement, c’est toujours maintenant : il est donc encore possible de se positionner comme égérie vocale de la nouvelle pub Volvo, quintessence suprême de la modernité mécanique, sans pour autant se changer en abominable usine à tubes préfabriqués et vidée de toute essence créatrice. « Pour nous, le salut est dans l’espoir », assure avec véracité Maxime, tout autant chanteur que manieur de clavier du groupe. Nous voilà rassurés.

Plus qu’une balade sur l’autoroute A11 reliant Paris à Nantes dans le confort contemporain d’une Volvo S60 gris métallisé, Time for a Change évoque ces voyages physiques, essentiels et salvateurs, que les deux Elephanz n’ont pas encore eu l’occasion de réaliser, cette possibilité de redonner une légitimité au sourire et à un espoir pas toujours placé au centre des débats par les acteurs de la scène pop française. Maxime, le plus jeune des deux frères, poursuit : « Time for a Change nous permet de retranscrire un certain besoin de naïveté, une manière de se défaire du cynisme ambiant, jusqu’à cette confrontation gauche / droite presque théâtrale ». Pas de politique ni de positionnement social donc pour Elephanz, mais de la pop, dans le sens le plus noble du terme.

Entre slogans pop et profondeur des lyrics

Humectés dans les mélodies des Beatles au point d’en singer jadis les manières et les refrains (« jusqu’à très tard ! »), ces pachydermes-là ont la mémoire de ceux qui ont déjà beaucoup entendu (et beaucoup retenu) malgré leur jeune âge, et qui ont su mettre à profit cette érudition studieuse au service d’une pop alternativement baignée dans le rock (« You Dare »), dans le folk (« Walk on my Dreams »), dans le disco (« Do you like my Song »), et même dans le R&B (« Stereo »).

Entre slogans pop ayant vocation à être bruyamment répétés (les « ohohoho » du tube « Time for a Change », les sucreries de « Do you like my Song ») et lyrics à la profondeur plus affirmée (« Elisabeth », « No Pain »), le disque berce dans une prose pleine d’horizons ou obscurcie, et privilégie la déclinaison vocale dans la langue de Lennon plutôt que dans celle de Daho, malgré un titre en français (« Je n’ai Jamais »).

Pour Jonathan, plus encore que de vouloir échapper à l’étiquetage journalistique et systématique « french pop », le choix d’une pop en anglais se justifie plutôt par le poids d’une tradition que le tandem entend bien faire perdurer : « Si tu chantes en français, tu n’as pas le droit d’avoir de mauvaises paroles. La tradition anglo-saxonne, c’est au contraire de faire des chansons, et peu importe qu’il y ait uniquement trois mots dedans. On se disait même à la base que faire de la pop chantée en français, on n’en avait pas le droit ! »

https://soundcloud.com/elephanz/do-you-like-my-song-1

Pour des nouvelles du changement et de l’espoir, il faudra jeter un œil au Nouveau Casino le 14 novembre prochain, et réserver vos places par ici.

Elephanz, Time for a Change, Naïve, 2013, 36 min.

Visuel : © pochette de Time for a Change de Elephanz

Gagnez 2×2 places pour le concert de Nightmares on Wax au Café de la Danse le 06.11
Vernissages de la semaine du 24 octobre 2013
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *