Pop / Rock
[Chronique] « Keep the village alive » de Stereophonics : nouvel album classique mais efficace

[Chronique] « Keep the village alive » de Stereophonics : nouvel album classique mais efficace

17 septembre 2015 | PAR Gilles Herail

Les critiques sont plutôt bonnes mais sans grand enthousiasme pour ce nouvel album de Stereophonics, toujours très populaire en Angleterre. Leur 9ème opus n’a rien de révolutionnaire mais l’efficacité toute classique du rock simple et clair du groupe est toujours là. Notre avis.

Le groupe Stereophonics sort avec une régularité de métronome un album tous les deux ans depuis 1991 (unique exception avec 4 ans d’attente après Keep Calm and Carry On). Le groupe est l’héritier d’un rock indépendant simple, épuré, alternant les hymnes enthousiastes (l’entêtant Have a nice Day) et les morceaux plus mélancoliques (le magnifique Maybe Tomorrow, redécouvert dans le générique du film Collision). La voix rocailleuse sans chichis de Kelly Jones est à l’image d’un groupe solide et pro, plutôt que follement novateur. Stereophonics nous avait proposé il y a deux ans un de ses meilleurs opus. Graffiti on the Train réservait des singles de qualité (Indian Summer, We share the same sun) tout en proposant des petits chefs d’œuvre comme le très beau Violins and Tambourinstout en crescendo. Et il faut bien avouer que Keep the village Alive est un cran en dessous de ce précédent album.

Le single C’est la vie, qui déroule une musique entêtante mais ne provoque pas vraiment de frissons est à l’image d’un disque efficace mais sans surprises. Qui alterne avec minutie les morceaux rythmés et les ballades. Donnant parfois l’impression d’entendre du U2 des années 2010. Stereophonics a le mérite de la cohérence et les amateurs seront en terrain conquis. Quelques titres se démarquent clairement en apportant cette touche mélancolique qui colle si bien à la voix du leader Kelly Jones (Flight or Flight, Sunny, White Lies). D’autres laissent de marbre et auront du mal à résister à la zapette (Song for the Summer, My Hero,Into the world, You’re my star). Beaucoup auraient pu se retrouver dans un ancien album (les sympathiques Sing Little Sister, Mr and Mrs Smith). Keep the village alive n’enthousiasme pas plus que ça mais reste porté par une sincérité et un premier degré attachants. Un agréable moment à défaut d’un coup de cœur.

Keep the village alive, Stereophonics, 2015, Pias Recordings,  / Woo Me / La Baleine, 46 min. Sortie dans les bacs le 11 septembre

Journées du patrimoine : Une balade historique et politique de Paris
« Le Cantique des cantiques », Abou Lagraa à la Maison de la Danse : Faites-vous l’amour !
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *