Pop / Rock

Beak acclamé à la Gaité Lyrique

Beak acclamé à la Gaité Lyrique

27 mai 2019 | PAR Antoine Couder

Formation toujours en mouvement, le trio de Bristol n’a pas eu à beaucoup se forcer ce vendredi 24 mai pour emballer la Gaité Lyrique.

Sans doute, un problème de micro sur le chant a perturbé le début de ce set bref et intense, à vrai dire jubilatoire  où toutes les propositions mélodiques sont excitantes, elles sont tranquillement  lancées dans un tunnel kraut-rock qui louche vers le son son de Pornography (Cure) et de New Order tantôt plus inattendu, tirant du côté de l’esprit jazz d’un Tortoise. Les années 90 tout en impulsion critique.

Ils sont trois sur scène et augmentent ainsi leur puissance, dans une cérébralité post rock et donc un peu jazzeuse.  Geoff Barrow à la batterie est évidemment très à son aise, même si quelques aficionados ont senti un léger relâchement de la tension encore offerte à la Maroquinerie il y a quelques années.

Ce soir, on parle longuement du Brexit avec cette ironie bien connue outre-Manche et on se délecte d’une sorte de Boogie électronique aux petits oignons rythmé par des envolées 70 au service du cahot d’aujourd’hui. Le squelette du Daft Punk.

AC

La playlist sûre d’elle-même
Cannes 2019, Un certain regard : « Nina Wu », portrait subtil et bien mis en scène
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *