Pop / Rock

Alain Bashung dans l’oeil du rock

Alain Bashung dans l’oeil du rock

02 novembre 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Vous connaissez radio Nova, vous apprendrez peut-être qu’existent également les éditions Nova. Cet automne est sorti un recueil passionnant d’entretiens que des critiques et auteurs rocks ont eu avec Alain Bashung.

C’est un travail de fourmi qu’a réalisé Bastien Stisi en véritable historien. Il ne fallait pas compiler mais faire entendre la voix de Bashung, encore. Mais cela va plus loin en offrant une histoire du rock par un angle très original : celui de l’interview. On revient alors à  l’essence du journalisme, celle qui rappelle que le journaliste ne sait pas, il interroge pour savoir. Et dans les textes sélectionnés, ce qui marque, c’est la voix. Oui, la voix, à l’écrit.

On entend Ardisson dire « Bonsoir » et Manoeuvre dire  « Vous êtes un peu le Brian Wilson français. ». On entend aussi des artistes, Miossec par exemple « débutant pas dupe » qui discute en 1996 avec celui qui est déjà et depuis 1970, une star.

Alain Bashung, interviews et conversations est construit de façon chronologique, de 1970 à 2009, ou plutôt, pour le traduire en faits : de la première interview, avec Roland Godefroy à sa dernière, aux Victoires de la musique, faite par Naguy.

Ce qui fuite ici est que Bashung parlait. Surtout, il répondait aux bonnes questions. Quand Stéphane Davet propose : « Dans la musique comme avec les mots, le bizarre vous a souvent attiré », la réponse du géant étonne sans étonner :  » (…) J’ai bossé comme un malade pour pouvoir revendiquer ma singularité. Avant la mode du sampling, il m’est souvent arrivé de détacher une partie d’un morceau pour le coller au milieu d’une chanson d’une tonalité totalement différente (…)

Ce recueil est autant un hommage  à ce mort que l’on pleure encore. Hommage à une discographie dingue, dont le caractère de chef d’oeuvre est offert à raison à L’imprudence. On entre ici avec le recul du temps sur ce qui était de l’actu, du présent. Et d’un coup, cela devient de l’archéologie, de l’éternité.

Ecrire les mots que Bashung a prononcé, pour toujours. Cela vient dire que Alain Bashung, interviews et conversations n’est pas juste le cadeau parfait des fêtes de fin d’année.

A lire en écoutant Bleu pétrole, en boucle, pour toujours.

Ultime, Alain Bashung interview et conversations, éditions nova, octobre 2017

Quand un rêve devient réalité : Ouverture du musée Yves Saint Laurent à Paris
Vernissages de la semaine du 2 novembre 2017
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *