Pop / Rock

Abi Lomby, la musique dans le sang

Abi Lomby, la musique dans le sang

06 juin 2019 | PAR Magali Sautreuil
Après le succès de sonpremier single Lose no sleep, Abi Lomby nous fera danser tout l’été avec sa nouvelle chanson Hold back the light, l’occasion de revenir sur le parcours de cette artiste passionnée de musique, dont la vie a basculé il y a deux ans.
 
 
 
Toute la Culture : « Qui est Abi Lomby ? D’où vient votre nom ? Qu’est-ce qui vous définit et vous caractérise ? »
 
Abi Lomby : « Bonjour, je suis une jeune artiste qui fait de la pop urbaine, passionnée de musique depuis toute petite. Abi est mon vrai prénom, Lomby est un nom de scène et je trouvais que ça marchait aussi bien prononcé à la française qu’à l’américaine. Je pense être une fille hyper simple, humble et surtout passionnée par ce que je fais. »
 
Toute la Culture : « Que représente pour vous la musique ? »
 
Abi Lomby : « La musique est quelque chose qui m’apaise. Elle a un effet thérapeutique sur moi ! J’en écoute tout le temps, quelque soit mon mood. Elle m’inspire et me fait tout simplement du bien. »
 
Toute la Culture : « Quel est votre parcours musical ? Comment vous êtes-vous formée ? »
 
Abi Lomby : « Je suis issue d’une famille musicale, j’ai toujours baignée dans la musique. J’ai été formée dans une école de chant et de danse et ma passion pour la musique s’est confirmée. Un jour, j’ai eu la chance de croiser la route d’Amir, qui m’a très gentiment proposé de travailler avec lui. Grâce à lui, j’ai pu faire mes premières scènes car je l’ai suivi en tournée. Et, en parallèle, j’ai travaillé sur mon premier album. »
 
Toute la Culture : « Quand avez-vous choisi de vivre de la musique ? Arrivez-vous à en vivre ? Si oui, depuis quand ? Y a-t-il eu des rencontres décisives dans votre carrière ? »
 
Abi Lomby : « À l’âge de 16 ans, j’ai choisi de consacrer toute ma vie à la musique. J’ai donc arrêté l’école et amplifié mes cours de chant. En vivre, c’est compliqué dans l’époque actuelle… En tous cas, je mets toutes les chances de mon côté pour pouvoir faire ce que j’aime. »
 
Toute la Culture : « Vous avez à votre actif deux single : Lose no sleep et Hold black the light. Pourriez-vous nous décrire l’univers de ces deux chansons ? Existe-t-il des similitudes entre elles ? »
 
Abi Lomby : « Ce sont deux titres de pop urbaine. La similitude, c’est qu’elles parlent toutes les deux d’amour. Ces deux chansons peuvent toucher des personnes qui ont vécu des histoires similaires. Ces deux titres sont les premiers extraits de mon premier album en préparation. »
 
Toute la Culture : « Comment concevez-vous vos musiques ? Quelles sont vos sources d’inspirations ? Avez-vous des thématiques qui vous tiennent à cœur ? »
 
Abi Lomby : « Je suis interprète. Je travaille avec des paroliers et je leur donne des idées. Concernant les thématiques, ce sont les sujets qui m’inspirent par rapport à ce que je vis ou à ce que j’écoute. Si je devais citer un artiste qui m’inspire, ce serait EMINEM, sans hésiter ! C’est un artiste que j’admire. Sa musique m’a vraiment aidée dans ma vie de jeune adolescente ! »

Toute la Culture : « Projetez-vous de réaliser un premier album ? Si oui, avez-vous une idée de sa date de sortie ? Quel en sera le fil rouge ? »

Abi Lomby : « Mon premier album est déjà prêt. La date de sortie n’est pas encore arrêtée, mais j’espère qu’il sera bientôt entre vos mains ! Dans l’album il y a un peu tous les styles. Il sera le reflet de tout ce que j’aime et de ce que j’écoute ! »

Toute la Culture : « Des dates de concert sont-elles déjà programmées ? Si oui, qu’attendez- vous de pouvoir chanter en live ? Que redoutez-vous ? »

Abi Lomby : « Je n’ai pas encore de concert à annoncer, mais comptez sur moi pour vous tenir au courant dès que ce sera le cas ! »

Toute la Culture : « Dans 5/10 ans, où vous voyez-vous ? »

Abi Lomby : « Je me vois à l’étranger, déjà pour la qualité de vie et, en plus, j’ai grandi à Los Angeles, donc je m’y vois plus y évoluer. Et toujours à faire de la musique, ma passion ! »

Retrouvez Abi Lomby sur Facebook, Twitter, Instagram et YouTube

Visuels fournis par l’agence Multimédiaxe. 

 
Festival Côté court : hommage à Agnès Varda
Une masterclass salée et sucrée par Stéphane Pitré et Frédéric Cassel pour une cuisine relevée par les alcools de la Maison Wolfberger
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *