Musique
Playlist de la semaine (85)

Playlist de la semaine (85)

04 octobre 2014 | PAR Bastien Stisi

L’électro pop toujours plus martiale de Liars, l’escapade vietnamienne de Fakear, la sensualité trip hop francisée de TOOOD…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Liars, « I’m No Gold »

On savait déjà Mess, le septième album de Liars, empli d’un post-punk camé et martial, accentuant le côté toqué de ses machines au point de livrer l’un des plus dangereux disques électro pop de l’année écoulée. Sur le clip du titre « I’m No Gold », le groupe new yorkais, construit désormais un pont entre le son et l’image, proposant la lente et vilaine mutation de son leader Angus Andrew, au summum ici de sa dégénération cérébrale. Malade et épidermique en studio comme en images, le combo étasunien l’est également en live, où l’on pourra les voir à Paris dès ce jeudi 9 octobre, sur la scène toute sombre de La Machine du Moulin Rouge.

2. Fakear, « Thousand Fires »

La Nouvelle-Orléans (« Yougotdablues »), le Japon (« Morning In japan »), la Syrie (« Dark Lands »), les étoiles (« La Lune Rousse »), et désormais le Vietnam (« Thousand Fires ») : l’électron électro Fakear poursuit l’élaboration de son carnet de voyage sonore en même temps que sa folle ascension, et propose un clip en forme de guide touriste vagabond pour accentuer sa nouvelle rêverie tapotée au pad numérique. Et parce que le garçon a immensément grandi depuis la première fois où on l’a découvert au Trianon en première partie de Wax Tailor, il y a deux ans, Fakear sera de retour dans l’enceinte du boulevard de Rochechouart en février 2015, mais à l’occasion d’un live qui lui sera exclusivement consacré…

3. Akhenaton, « Mon texte le savon, part 3 »

Alors, oui, en marge d’une série de concerts qui avaient vu naviguer Akhenaton et Shurik’n un peu partout en France, il avait été annoncé l’arrêt du projet IAM il y a quelques mois de cela, une information en forme de gros coup de marketing largement nuancée depuis (des histoires de contrats en maison de disques qui se terminent, mais d’aventure hip hop qui pourrait être tentée de se poursuivre…) Ce qui n’a jamais été sous-entendu toutefois, c’est la terminaison des projets solo des deux membres pionniers du groupe marseillais, et notamment celui d’Akhenaton, de retour chez Dej Jam avec un cinquième album personnel prévu pour le 3 novembre, un album introduit par « Mon texte le savon, part 3 », référence ostentatoire et moratoire à Sol Invictus (2001) et à Black Album (2002) qui en contenaient la première et la seconde partie. AKH vend toujours « ses rimes comme un savon ». Et celles-ci valent toujours la peine d’être achetées.

4. TOOOD, « Dédale »

Après un premier EP interprété en langage anglophone, voici le retour en français, confidentiel aujourd’hui et sans doute bien plus impactant demain, de Toood, qui cumule trois « o » dans son nom, deux membres dans son groupe, et une ribambelle d’influences nichées au cœur de son second EP Dédale, entre variété lacérée, trip hop astral, mélodies envolées, et psychédélisme fondu dans une pop synthétisée. Un programme vaste et enrichi, et un labyrinthe dans lequel s’engouffrer, les yeux fermés et sans forcément de fil d’Ariane pour se retrouver, depuis la sortie de l’objet discographique le 29 septembre dernier.

5. Applause, « City Lights »

Entre Fortune, Exsonvaldes, Saint Michel, Appletop, et tous ces héritiers frenchy de Phoenix amenés à juxtaposer rock sensible, mélodies mélo dramatiques et synthétisme scintillant, Applause trouve sa singularité dans une pop groovy et énergique, amenée à rependre son propos sur un second album (le dénommé Acids) à paraître en janvier prochain, et annoncé par trois EP révélant chacun une partie de cet objet discographie définitif. Il y a une semaine, on a ainsi pu découvrir le second acte de cette pièce en trois parties, porté par un extrait (« City Lights ») à l’euphorie pop toujours nuancée. Cité aux néons stroboscopés, et pop pleine de ces ampoules qui génèrent la lumière.

6. Sauvage, « Vendredi »

Moins proche de l’île lointaine sur laquelle séjourne à contrecœur l’ami intime (et unique) de Robinson que de ces clubs d’où l’on ne ressort qu’aux premiers instants de l’aurore, les Parisiens de Sauvage font paraître le 27 octobre leur tout premier EP Jadis, aussi rétro dans l’appellation que dans le son, porté par ce qui a tout pour devenir un tube (« Vendredi ») dont émane un groove discoïde, house et synthétique. Certains penseront à la danse comme on l’envisageait dans les années 90, d’autres, à un instant du Random Access Memories des Daft qui n’aurait pas oublié d’amener à son album un véritable hymne aux dancefloors. Car celui-ci en est un, et on pourra le constater très vite, en allant jongler avec les ombres chinoises et les déhanchements du corps le 17 octobre au Pigalle Country Club (dans le cadre du MaMA) ainsi que le 28 novembre au FGO Barbara.

7. The 2 Bears, « Not This Time »

Lorsqu’il ne se charge pas de donner une teinte contemporaine à la house d’hier au sein du projet de pop multicolore Hot Chip, Joe Goddard s’habille en gentil ourson aux côtés de son acolyte Raf Rundell, et travestit l’électro de bas étage en grande Dame fréquentable et très demandée. Ce travestissement, du genre et du sexe cette fois, est également d’actualité dans le clip de « Not This Time », extrait du second album du duo, le très hédoniste et clubbeur The Night Is Young, prévu pour le 13 octobre.

Les morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel : (c) pochette de Mess de Liars

Le duo suisse qui va faire rire la France
L’agenda classique de la semaine du 6 octobre
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture