Musique
Playlist de la semaine (74)

Playlist de la semaine (74)

19 juillet 2014 | PAR Bastien Stisi

Le retour sans alcool mais avec Benidorm du Français Koudlam, la prise de soleil sans insolation de Simian Mobile Disco, et le « premier véritable album » de l’Américaine Zola Jesus…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Koudlam, « Negative Creep »

Trois ans après ses Alcoholic’s Hymns, le nouveau panorama du Français multilingue Koudlam, toujours signé chez le malin Pan European Recording (Poni Hoax, Judah Warsky, Flavien Berger, Buvette), dessine avec son EP The Landsc Apes des horizons emplis de paradoxes, à la fois inscrits dans une post-apocalypse robotique et dans une clairière strange-pop pleine de bons sentiments. Son troisième album, lui, sortira au mois d’octobre, et annonce un souffle épique, tordu et électro symphonique. Benidorm Dream parvient même à donner de la beauté à la ville espagnole évoquée dans son titre, pourtant connue pour être l’une des créations architecturales les plus laides de toute la Costa Blanca ibérique. Et si l’exploit n’est pas mince, c’est sans doute que l’album s’apprête à être très grand.

2. Simian Mobile Disco, « Tangents »

Du désert californien, où ils ont donné ces derniers mois un brûlant concert avec l’aide exclusive de synthétiseurs, de séquenceurs modulaires, et d’un public ultra privé (oui, 900 personnes, ça reste privé pour un groupe aux dix ans d’âge et aux trois albums studio), James Ellis Ford et James Anthony Shaw (les deux membres fondateurs de Simian Mobile Disco) ont ramené quelques effluves d’électro disco suave et solaire, et cependant toujours glacée. Prendre le soleil, ne pas laisser fondre le cerveau pour autant, livrer l’addictif « Tangents », extrait d’un quatrième album (Whorl) prévu pour le 9 septembre prochain, et très attendu par les fanatiques de réécriture discoïde par le biais de l’alphabet du siècle vingt-et-un.

3. Zola Jesus, « Dangerous Days »

« Taïga est comme mon premier véritable album ». L’Américaine Zola Jesus a donc réussi l’exploit de paraître aussi prétentieuse dans ses dictons promotionnels que dans la nomination même de son projet musical (réunir Zola et Jésus, lorsque l’on parle de pop, bon…) Surtout qu’à l’écoute du premier extrait de son cinquième album, qui paraîtra le 6 octobre, on se demande bien ce qui a pu faire penser à Nika Roza Danilova (pour ceux qui voudraient essayer de retenir son nom véritable) que ce morceau de dream pop aux accentuations R&B se distingue de son œuvre précédente, et de ses deux derniers opus discographiques Conatus et Versions

4. Camp Claude, « Trap »

Entre synthpop mélodique et soul sensuelle, Camp Claude tombe avec « Trap » dans le piège de l’énième revival eighty, mais s’en sort cependant admirablement bien. Derrière la voix sensuelle de Diane Sagnier, photographe notamment connue pour avoir réalisé la pochette du premier album de Melody’s Echo Chamber, on reconnaît les ambiances synthétiques, cold-wave et vénéneuses chères aux deux premiers albums de Tristesse Contemporaine, qui a lâché deux de ses membres (Mike Giffts et Leo Hellden) dans ce projet basé à Paris et dont on peut déjà constater les évolutions sur un premier EP, Hurricane, qui vient de paraître.

5. Blonde Redhead, « Dripping »

Un deuxième extrait pour le neuvième album des trois Blonde Redhead (Kazu Makino, Simone Pace, Amedeo Pace), de retour après quatre ans d’absence et vingt ans de carrière. Et si l’on veut arrêter de parler numéro, on pourra plutôt parler musique, et constater le virage synthétique engagé il y a une demi-douzaine d’années, laissant de côté le rock distordu, dissonant et faussement foutraque qui avait valu au groupe new yorkais, à ses débuts dans les années 90, d’être mis en perpétuelle comparaison avec les mythiques Sonic Youth (ils avaient d’ailleurs signé leurs deux premiers albums chez Smells like Records, le label de Steve Shelley, justement batteur de Sonic Youth). Barragán, le neuvième album studio du trio, est annoncé pour le 11 septembre prochain.

6. Chet Faker, « Song For Marcin »

Est-ce la faute à ce temps vraiment trop changeant et tellement incertain que l’Australien Chet Faker a fini par choper une vilaine crève, faisant de sa voix habituellement sombre et lumineuse une voix rouée et soignée aux particules robotiques ? Quoi qu’il en soit, la nouvelle étoile d’un post-dubstep rongeur d’esprit et animateurs de foules tristounettes livre avec son étrange (d’abord), et très tendre (ensuite) « Song For Marcin » le titre bonus de son album Buit On Glasscalqué sur la même mélancolie porteuse d’espoirs et d’ambitions nouvelles.

https://soundcloud.com/chet-faker/song-for-marcin

7. Clara Moto, « In My Dream (violon version »)

L’Autrichienne Clara Moto, figure féminine du cosmopolite label lyonnais InFiné, ajoute les cordes d’un violon à la profondeur de ses rêves et de son extrait évocateur, issu de son second album Blue Distance, et renforce la douceur suave de son électro songeuse, aérienne, et délicieuse. Les cordes sont grattées par Clara Moto elle-même, profitent de la collaboration de Seth Schwarz, alors que « In My Dreams » voit son enveloppe organique également retravaillée, sur un EP spécialement consacré, par Thomas Muller (de BPitch, pas de la Nationalmaschaft), par Vendredi, et par Ferdinand. Bonjour rêveries.

https://soundcloud.com/claramoto/in-my-dream-feat-seth-schwarz-violin-version

Les morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel : (c) pochette de Whorl de Simian Mobile Disco

[Avignon Off] Retour à Reims, Laurent Hatat capte l’impossible départ
Captain America : Des super-héros pro noirs, femmes, gays & musulmans
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

One thought on “Playlist de la semaine (74)”

Commentaire(s)

  • Nadia

    Love Koudlam

    juillet 23, 2014 at 1 h 01 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture