Musique
Playlist de la semaine (100)

Playlist de la semaine (100)

24 janvier 2015 | PAR Bastien Stisi

La transition post-punk de Soko, la nouvelle carte postale de Koudlam en pèlerinage à Benidorm, la guerre nerveuse menée par la Française Jeanne Added…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Soko, « Who Wears The Pants ?? »

Depuis son exil californien, où elle est désormais installée (et où elle travaille un peu avec le local Ariel Pink), la Française Stéphanie Sokolinski (disons plutôt Soko) troque la pop folk traumatique de son superbe premier essai I Thought I Was An Alien contre le post-punk aux allures new wave, et présente le premier extrait de son nouvel album (My Dreams Dictate My Reality), qui paraîtra au mois de mars. Gentiment punk, grandement tubesque, et franchement excitant.

2. Koudlam, « Benidorm Dream »

Depuis un appartement hautement perché de Benidorm, cette cité balnéaire espagnole à l’architecture aussi laide que sont vaines les activités de ceux qui y séjournent le temps d’un été (la plage blindée, les boîtes pouraves, les coups de soleil), Koudlam s’est camisolé, afin de concevoir son troisième album, le justement nommé Benidorm Dream. Drôle, excessif et bouleversant pour ceux qui auraient retenu de ce pensionnaire de Pan European les plages aztèques et voluptueuses de son Live at Teotihuacà, Benidorm Dream trouve aujourd’hui un troisième extrait clipé. Après « Negative Creep » « Stoned », voici donc le single éponyme de l’album, retranscription parfaite de cette Babylone consumériste du siècle XXI et de ses excès les plus stériles. Ça picole, ça boxe, ça pue l’existence toute nulle c’est juste « an another in the city of your dream ».

3. Jeanne Added, « A War Is Coming »

Bien entourée en studio (signé chez Naïve, son album est produit par le Dø Dan Levy) et sur scène (l’entourent Anne Paceo de Triphase et Narumi Hérisson de Tristesse Contemporaine), Jeanne Addded est la nouvelle prêtresse d’une scène française décomplexée quoique complexe, capable de mêler dans le même écrin tendu la pop minimale, le post-rock nerveux, l’électro condensée, la new-wave lyrique. Grande révélation des Transmusicales rennaises, où chacun s’accorde à saluer sa performance reproduite cinq soirs d’affilée, Jeanne Added annonce, par le biais de son single pénétrant une guerre.  « A War Is Coming », donc. Et un talent immense, manifestement, est déjà arrivé. Celui-ci sera compilé sur un album à paraître cette année, et dont on guettera la trajectoire avec une oreille particulièrement attentive.

4. Michna, « Solid Gold »

Peintre, producteurs de musique de jeux vidéos et de films, producteur, DJ émérite…le New Yorkais Michna prend aussi parfois le temps de concevoir de la musique, en témoigne la sortie de son nouvel album Thousand Thursday chez Ghostly International (Fort Romeur, Com Truise, Gold Panda, Phantogram…) Entre disco à la Italians Do It Better, new wave et house légère, « Solid Gold » est le premier extrait d’un album, le second après Magic Monday paru en 2008, prévu pour le 2 février.

5. Dona Confuse, « Jupiter Love »

Ils pourraient être issus de la ville sombre de Manchester des années Factory (Joy Division, The Orchestral Manœuvres In The Dark) ou des années d’aujourd’hui (Stay Positive, NO CEREMONY ///…) Ils sont en réalité issus de la ville rose de Toulouse, se nomment Dona Confuse, engouffrent une voix lointaine derrière des nappes de synthés, et font paraître ainsi leur troisième album studio, le dénommé Beyond the Cosmos Cover, bien que leur synthpop froide et mélodique invoque tout autant le béton que les ciels aux plus clairs horizons. Et prenons garde : car il y a une flamme tangible et dangereuse dans le très bon « Jupiter Love » (à écouter de préférence assez fort), et une évocation, ici, d’une planète connue pour sa capacité à émettre une certaine quantité de gaz…

6. Amarillo, « Breaches »

Il se passe décidément quelque chose autour du tout jeune label (microqlima) records, dont chaque signature nouvelle (celle-ci est la troisième en seulement quelques mois d’existence) provoque dès la première écoute la sensation de la grande singularité malgré les révérences mille fois distinguées. Ainsi, après avoir voyagé dans la stratosphère avec la pop variétale de Cliché, puis dans les environs lunaires avec la cold wave glaciale de Moon, nous voici en vadrouille dans un désert reptilien, solaire et aigrelet avec la pop hallucinogène d’Amarillo, rencontre savante entre Cristobal and the Sea, David Bowie, Baby Guru et Ennio Morricone. Chez (microqlima), après le froid des deux précédentes sorties, l’hélice véhicule désormais un vent bien plus chaud. C’est tout aussi réussi.

7. Godblesscomputers, « Nothing To Me »

Curieux mélange entre Fakear, Lapalux, Four Tet et Matmos, l’italien Goblesscomputers, pas encore tellement prophète en-dehors de son pays, invite le post-dubstep, le jazz, le funk, le glitch et la techno minimale sur un album sorti l’an passé (Veleno) au sommet duquel gouverne l’égarant et élégant « Nothing To Me ». Électro hérétique et instants bénéfiques : un nouvel épisode discographique devrait paraître, si l’on en croit l’avis des divinités consentantes, officialisé très bientôt.

Visuel : (c) pochette de A War Is Coming de Jeanne Added

Sivadier reprend une jubilatoire « Vie de Galilée » au Théâtre du Nord
Box-office: Les Souvenirs de J-P Rouve derrière La Famille Bélier au top 10 des entrées France de la semaine.
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture