Musique
Philharmonie de Paris : L’Ouzbékistan à l’honneur

Philharmonie de Paris : L’Ouzbékistan à l’honneur

19 septembre 2022 | PAR Melissa Chemam

Ce week-end, les vendredis 16 et samedi 17 septembre, la Philharmonie de Paris organisait une offre musicale consacrée à l’Ouzbékistan, avec quatre événements, dont un concert final enchanteur.

Connu mondialement grâce à ces villes mythiques au nom de Boukhara et Samarkand, synonymes de la route de la soie, de caravanes chargées de tissus précieux, d’épices et de fruits, l’Ouzbékistan jouit d’une histoire musicale riche et envoûtante, reliant culturellement la Chine, l’Inde et la Perse.

La Philharmonie de Paris a pu organiser cette série de concerts et d’événements avec le soutien du Ministère de la Culture de la République d’Ouzbékistan et l’Ambassade d’Ouzbékistan à Paris.

Musique savante héritée des cultures à la fois islamique et folklorique, la musique ouzbèke est aussi issue de la culture turco-mongole des bardes, puis a été fortement influencée par la culture russe sous l’ère soviétique, et enfin par une certaine occidentalisation. Mais elle a conservé des tendances différentes issues de plusieurs foyers (Ferghana, Khija, Boukhara, etc.).

Deux journées de concerts, quatre événements

Les deux journées se sont ouvertes avec des chants populaires et traditions du Maqom, vendredi, rassemblant une dizaine d’artistes autour de la figure de Nodira Pirmatova, chanteuse connue et reconnue et joueuse de dotar – un luth à long manche et à deux cordes, présentant au public ce style de chant lyrique, empreint de mysticisme.

Le maqom “contribue depuis des siècles au rayonnement de la musique traditionnelle d’Ouzbékistan,” selon les organisateurs, et après avoir été fortement restreint pendant la période soviétique notamment stalinienne, “qui y voyait un écho de la classe dirigeante féodale”, il bénéficie désormais d’une pleine reconnaissance et a reçu le soutien du Maqom Art Center de Tachkent, la capitale du pays, où il est désormais enseigné.

Le concert a été introduit par une introduction aux œuvres programmées, dès 18 heures, une “Clé d’écoute » à l’Amphithéâtre de la Cité de la musique, avec des musicologues et journalistes spécialisés, une discussion enrichie d’images, sons, et vidéos pouvant immerger le public dans la musique ouzbèke et surtout son contexte historique et/ou sociologique.

Samedi matin, un parcours musical ouvert aux familles et aux plus jeunes, a réuni de jeunes artistes ouzbeks, dont Gulchiroy Bakhshulloyeva au chant, jouant du luth dotar issu des traditions populaires de Boukhara.

La performance a été suivie d’un concert de chants des bardes nomades Bakhshi, nomades emblématiques de la musique traditionnelle d’Ouzbékistan, pour une soirée transversale en trois parties, “chacune invitant à explorer une région particulière par le biais d’artistes de grand talent”.

Enfin, samedi soir, la Grande salle Pierre Boulez a accueilli le spectacle intitulé “De Samarkand à Boukhara”, pour 90 minutes de merveilles sonores, en trois parties également. La première a donné à entendre tambours et chants soufi masculins, interprétés par l’Ensemble Sufiyona. La seconde partie a proposé une immersion dans l’univers du shashmaqom – art ancien conjuguant musique instrumentale, chant et poésie – avec l’ensemble Shasmaqom et le chanteur Ilyos Arabov.

Enfin, pour clôturer ce beau parcours, nous a été présenté un toy, cette sorte de cérémonie festive et virevoltante par emmené par des percussionnistes, joueurs de cordes traditionnelles et la chanteuse Yulduz Turdiyeva, entourée par les danseuse de l’ensemble de Raks Boukhara.

Revêtant des costumes traditionnels chatoyants, faisant partager leur enthousiasme, ce dernier mouvement fut le clou du spectacle, démontrant s’il est besoin en ces temps d’actualité troublée en Asie centrale comme en occident, que le ré-enchantement du monde passe toujours par le chant, la danse et la musique.

Visuel : Philharmonie de Paris

Détails : https://philharmoniedeparis.fr/fr/agenda?startDate=2022-09-16&weekend_i=800

Pour revoir le concert : https://philharmoniedeparis.fr/fr/live/concert/1143672-de-samarkand-boukhara

Mort d’Henry Silva à l’âge de 95 ans 
L’agenda de la semaine du 19 septembre
Melissa Chemam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture