Musique

Pascal Amoyel, pianiste, directeur du Festival Notes d’Automne : « La seule chose qui nous prive d’être dans la créativité est la volonté de se référer à tout prix à des codes »

Pascal Amoyel, pianiste, directeur du Festival Notes d’Automne : « La seule chose qui nous prive d’être dans la créativité est la volonté de se référer à tout prix à des codes »

16 novembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

Le Festival Notes d’automne célèbre ses dix ans du 19 au 25 novembre 2018 au Perreux sur Marne. Son directeur, le pianiste Pascal Amoyel nous parle d’une programmation festive qui mêle les arts et les publics.

Le métissage semble au cœur de la programmation cette année. On y trouve de l’électro avec du classique dans le projet Murcof / Wagner, du Hip hop, et du classique avec Ophélie Gaillard  et Ibrahim Sissoko ou une Rencontre « choc et fusion » entre Bach et l’Afrique…. 
J’ai souhaité la programmation la plus festive possible pour célébrer les 10 ans du festival. Le maître mot sera l’inattendu, avec des rencontres toujours plus improbables et infinies entre la musique et les lettres ! Au fond, quand on y songe, la seule chose qui nous prive d’être dans la créativité est la volonté de se référer à tout prix à des codes ou à des traditions. Lorsqu’on se rend compte que celles-ci sont parfois inutiles, voire dommageables pour l’écoute, elles s’éclipsent d’elles-mêmes.

La soirée du 22 se fait et aux bords de Marne et à l’hôtel de ville. C’est un grand programme dans plusieurs lieux. Le public suit les deux spectacles?
Oui, ce sera une journée autour de la Première Guerre mondiale, sous un éclairage particulier sur fond de lettres d’amour et aussi de joie dans les Années folles. Le public peut en effet déambuler au Perreux et assister aux deux spectacles.

Quelles sont les histoires qui vont avec cette cuvée 2018 des notes?
Ce qui me vient à l’esprit de prime abord, c’est l’hommage que nous rendrons à Jean Piat, qui fut de l’aventure dès la première heure, et le Président d’Honneur du festival

Y aura-t-il des rencontres entre les spectacles et des invités surprises ?
Comme de tradition au festival Notes d’automne, tout au long de la semaine auront lieu des rencontres entre les artistes et les enfants du conservatoire du Perreux, ainsi que des concerts pour les écoles. Par ailleurs le festival débutera le 16 novembre à l’auditorium du conservatoire dans le cadre d’un concert « artistes en ville » dont les acteurs seront des musiciens et des peintres de talent du Perreux !

Le festival de termine sur l’opus 110 et votre incarnation de Beethoven. Une note d’automne qui contient toutes les autres ?
A travers sa volonté d’ouvrir la musique classique à tous les publics, oui certainement. Il s’agit d’un spectacle autour de Beethoven, que j’ai mis trois ans à écrire. J’espère de tout cœur qu’il permettra non seulement à un public mélomane de découvrir des facettes du compositeur et de l’homme qu’il ne connaissait pas, mais aussi et surtout à tous ceux qui ne vont jamais au concert!

visuel : affiche du Festival

Braunschweig invente brillamment le barbon du 21ème Siècle à l’Odéon
Anne Teresa de Keersmaeker, Louis Nam Le Van Ho et Alain Franco livrent leur Zeitigung 100% mecs au Festival d’Automne
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *