Musique
On se souvient d’une playlist du 10 mai

On se souvient d’une playlist du 10 mai

10 mai 2021 | PAR Antoine Couder

Cette semaine The Brooks, Empress Of, Salut les salauds, Suikon Blaz Ad et Donato Dozzi.

So turned on — The Brooks

On se souvient de cette équation du funk, perdue dans le chaos cocaïné de Sly and the family Stones, la longue route vers la reconnaissance de la couleur noire de ces rythmes qui vont emballer tout le monde, jusqu’au disco, au RnB. On distingue le regard ironique, la mort jamais très loin. Ce groove que l’on ne lâchera plus.

One breath — Empress Of

On se souvient aussi qu’il y a deux Amérique, le Nord et le Sud, les pauvres et les nantis, les plus jeunes dont les mots viennent difficilement, disent sans dire ce qui ne parvient pas à prendre sens. Le morceau a été composé en soutien à une grande campagne pour la promotion de la santé mentale. Mais c’est surtout une magnifique chanson.

Le confort életronique — Donato Dozzy

On se souvient que les rythmes de la rue ont pris un drôle de tournant avec la technologie et les machines électroniques. Des plages, des envolées, des vêtements virtuels recouvrant les corps dansant, les corps dansés. « Des pads progressifs et euphoriques qui créent un paysage trippant et vivant » dit le dossier de presse. Et c’est tout à fait ça.

Comme prévu — Suikon Blaz Ad

On se souvient d’avoir souri en découvrant que l’on pouvait réaliser un clip autour du vrai-faux démarrage d’une tondeuse à gazon. Du dadaïsme à la sauce Jul et une carte postale de nouveaux riches. Un texte simple et brillant qui brise le cliché qui se déroule sous nos yeux.

Salut les salauds — Interview

On se souvient du 10 mai d’il y a vingt ans ; l’espoir et la créativité du grand mélange. Ce qui se voit, très officiel et le mouvement de fond à peine perceptible ; le son des très pauvres, le funk des ploucs qui allait bientôt devenir magistral et qui surnage ici, dans le groove d’une promesse perdue. Comme des rendez-vous qui tombent à l’eau.


Visuel :@salut les salauds

« Les fenêtres » : de la Guerre au Solidarnosc par Hanna Krall
Ludmila Oulitskaïa : « Ce n’était que la peste »
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionné pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique et de la danse . Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (et de Castor Astral, 2021)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture