Musique

Nirvana : réédition du EP Hormoaning (1992) pour le Records Store Day

28 mars 2011 | PAR Mikaël Faujour

Le samedi 16 avril aura lieu le quatrième Record Store Day, événement international annuel visant à promouvoir les vendeurs de disques indépendants. À cette occasion, sera réédité un EP culte de Nirvana, Hormoaning, paru en Australie et au Japon en 1992 et jamais ressorti depuis lors. Il sera distribué à 6000 exemplaires.

En 1992, Nirvana est au sommet de sa gloire après le carton mondial inattendu de Nevermind qui, concomitamment au Ten de Pearl Jam (tous deux parus voilà déjà 20 étés) au succès équivalent, renverse à coups de riffs la décennie 80 dominée par les synthés. A la clé, tournée mondiale, passage par le Japon et l’Australie. Et pour gâter le public des deux pays, un copieux EP de 6 titres inédits, intitulé Hormoaning, titre – gratuit – en mot-valise (Cobain en était assez friand : un des premiers morceaux de Nirvana s’intitulait « Anorexorcist », une compilation Incesticide, etc.) collant « hormone » et « moaning » (« lamentation »). Une édition limitée dont les prix ont pu monter en flèche jusqu’à des sommes assez ébouriffantes. Au programme, rien moins que quatre reprises et deux inédits, dont quatre chansons atterriront en 1992 sur la compil Incesticide.

Il ne s’agit donc pas vraiment de matériel inédit pour les fans,toutes les chansons ayant déjà paru çà et là (faces B, compilations Incesticide en 1992 et With the Lights Out et 2004 ou sur les bootlegs). Mais l’occasion sera belle pour s’offrir une pièce de collection, puisque tirée à seulement 6000 exemplaires… qui devraient disparaître des bacs comme l’essence de la station-service un jour d’annonce de grève.

– « Turnaround », reprise d’une face B de Devo, subissant un relooking de bon aloi ;
– « Aneurysm », un des meilleurs et plus féroces morceaux de la bande à Cobain ;
– « D-7 » qui, aussi excellemment reprise soit-elle, ne doit pas faire oublier l’original des merveilleux Wipers, groupe de Portland précurseur du grunge que vénérait Cobain (qui reprendra aussi « Return of the Rat ») ;
– « Son of a Gun », première des deux reprises de l’obscur duo écossais de The Vaselines, dont Cobain adorait la pop naïve et lo-fi, dont il reprendra et donnera aussi toute sa splendeur à « Jesus Wants Me for a Sunbeam » (réintitulé « Jesus Doesn’t Want Me for a Sunbeam ») lors du classique MTV Unplugged ;
– « Even In His Youth », du Nirvana tendu, féroce, direct, dans la lignée de Bleach ;
– « Molly’s Lips », autre reprise punkisée des Vaselines, très éloignée de la version originale (écouter par ici), guillerette et enfantine.

 

 


CD : The Strokes, Angles, entre caresses et crises cardiaques
Live report : Tigran au Châtelet 25/03/2011
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *