Musique

My Wilderness de Piers Faccini : un c(h)oeur des surprises

My Wilderness de Piers Faccini : un c(h)oeur des surprises

07 juillet 2011 | PAR Moriane Morellec

Artiste complet, Piers Faccini navigue habilement entre la musique, la peinture et la photographie, fusionnant en permanence les arts pour créer le sien. Ce quatrième album intitulé My Wilderness, après This Could Be You, Tearing Sky et Two Grains of Sand, confirme son statut d’élément essentiel dans le paysage musical folk.

Une voix posée, toujours juste, quelquefois retenue et quelquefois rauque, le style Piers Faccini est ancré dans ses textes et dans sa technique. Un album empli de suprises, Piers Faccini dans My Wilderness semble s’être amusé à disséminer des ‘bombes musicales’ au sein de ses chansons; un titre en apparence bluesy évoluera en traditionnel irlandais, une balade guitare-voix sera complétée par un instrument à sonorités « world ». Le thème de la nature est omniprésent dans ce nouvel album, et une sensation bucolique s’y échappe au fil de titres tels que « Dreamer », « My Wilderness », « Tribe » ou encore « The Branches Grow », chanson au piano à la sensation très ‘nature’, comme un retour au sources de la part de l’artiste.

My Wilderness commence sur le titre «No Reply », belle balade folk, légèrement mélancolique où le violoncelle renforce le rythme de la chanson et le travail de recherche sur les doubles voix est inspiré. Contrairement à Bon Iver, qui utilise ses textes comme support d’expérimentation de la langue anglaise, les paroles de Piers Faccini sont posées, recherchées, et le sens est toujours agréablement profond et accessible. L’importance que l’artiste consacre à l’écriture de ses textes s’en ressent.

Piers Faccini explore un côté musicalement orientalisé dans quelques titres. « The Beggar & The Thief » transporte instantanément, grâce aux sonorités orientales au niveau des accords, des instruments (cordes, cuivres) ainsi que dans les ornementations de la voix. La trompette soutient agréablement le timbre de voix et la touche « world » chère à Piers Faccini. Dans « Dreamer », le thème musical d’orient est de nouveau présent, comme le fil rouge de l’album. La construction de chaque titre de My Wilderness est carrée et structurée, mais au sein de ce cadre l’artiste laisse place à son imagination, aux improvisations, aux combinaisons éclectiques de sons et de rencontres d’instruments aux origines opposées. Un titre joliment rythmé, « Three Times Betrayed » explore de nouveau les sonorités ‘fil rouge’, où chaque instrument considéré « world » trouve sa place au sein de la jolie folk hybride du talentueux Piers Faccini.

« That Cry » réinstaure le côté instantanément bluesy dans la voix reconnaissable de Piers Faccini. Dans le titre à la folk vraiment épurée, le banjo est cette fois à l’honneur et la surprise d’un solo de violon à la fin du titre ferait le bonheur de n’importe quel danseur de Irish Jigg. « Strange is the Man », chanson touchante, continue dans l’univers en suspens de Piers Faccini, entre picking en début de titre, une voix fortement reverbérée, et une cithare se baladant doucement au fil des textes et de la folk bucolique de l’artiste. Même sensation dans « My Wilderness », le titre blues ayant inspiré le nom de l’album, où la basse conserve une continuité et fluidité pendant l’ensemble du titre. Destination les Etats-Unis et les tonalités graves et chaudes des chanteurs de gospel avec « Tribe », où les mélodies échoent au texte, rendant un charme et un dynamisme d’ensemble au titre.

« And still the Calling » sonne comme un retour aux sources pour Piers Faccini, qui à l’origine mettait ses poèmes en chanson. Ce titre casse positivement le rythme de l’album, où la surprise d’une chanson parlée contraste avec la fluidité des mélodies entendues jusqu’à présent, et les textes prennent une place centrale. « Say but don’t Say », balade épurée à la guitare et douce batterie jouée au ‘balai’ (type de baguette) reste dans sa dynamique classique de ses débuts.

Sorte de changement et dynamisme permanent au sein de la musique, Piers Faccini emmène véritablement son public dans un voyage au sein de son monde. Même si le texte est au centre de chaque titre, la musique n’est en rien négligée et un nouvel instrument fait son apparition au sein de chaque chanson. My Wilderness est une sorte de dynamique d’évolution permanente et de suprise sous-jacente, une belle réussite et une oeuvre de qualité, ‘à la Piers’.

La sortie de My Wilderness est prévue pour le 12 septembre 2011 et il sera le 25 Octobre 2011 au Café de la Danse.

Visuels: (c) Piers Faccini

Inrocks Lab Party juin : entre New Jersey rural et Province hype
Les femmes engagées à la BNF du 26 septembre au 5 décembre 2011
Moriane Morellec

4 thoughts on “My Wilderness de Piers Faccini : un c(h)oeur des surprises”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *