Musique

Mike Krol : One Last Freaky

18 avril 2019 | PAR Pierre Poughon

Au Gibus, mardi soir, lors de la dernière Freaky, Mike Krol a retourné une salle pleine et complètement folle. Soutenu par Johnny Mafia, l’ambiance était au rendez-vous pour la dernière des Freaky Loud Things.

 

Freaky Loud Things, c’est une tourneur. Mais pas un tourneur comme les autres, non, loin de là. Depuis des années, FLT, s’échine à ramener das la capitale l’essence du garage rock indé. Des groupes déjà ou bientôt énormes ce sont succédés. Avec pour maître mot la découverte et l’énergie, la réputation qu’a bâti Freaky autour de ses soirées n’a d’égal que le vide qu’ils vont laisser une fois partis. Et les voilà partis. En pleine perdition, les fans ont eu une dernière soirée pour profiter d’une soirée Freaky.

 

Cette soirée, c’était l’ américain Mike Krol. Malheureusement, Johnny Mafia ne peut pas faire partie de ce report (mais on en parle ici) et on est sûrs qu’ils ont assurés comme jamais, comme c’est leur habitude. 

Mike Krol, c’est 5 LP, dont le dernier est sorti le 25 janvier dernier. En débutant, et en sortant ses deux premiers LP seuls, avec ce qu’il avait sous la main. En enregistrant son son chaotique, sans complexe, juste de l’énergie pure, il se fait rapidement connaître pour finir par signer un record deal chez Merge. En se professionnalisant, il ne perd rien de sa fougue, de son énergie. Tous ses albums, du premier au plus récent, Power Chords, regorge des sons d’une dose incroyable d’énergie. Sans jamais rechigné une petite dose d’humour, comme sa façon d’être sur scène (habillé et maquillé comme sur sa pochette sur scène au Gibus), ainsi que quelques petites racines pop qui se retrouvent autour du dernier album, il rappelle que la musique reste avant tout une histoire de passion, et une certaine dose de je-m’en-foutisme, qui fait la force de grands groupes de rock, comme de Mike Krol.

Après des balances un peu longues, voici Mike Krol débarque avec ses quatre acolytes, une bassiste, deux guitaristes et un batteur. Mais il n’en a pas fallu longtemps pour réchauffer le cœur de la fosse, venu jouer des coudes et des épaules, durant un set long et intense. Chacun reprenait à tue-tête chacun des mots de Krol. Sa prestance sur scène est incroyable, sa façon de chanter, sa façon d’être, rien n’est laissé au hasard. Tout pour une soirée monumentale. Sans plus jamais vouloir s’arrêter, ce concert, de pure énergie, de purs riffs, ressort et démontre bien à quel point Freaky sait trouver des talents, et sait les mettre en forme pour que l’on puisse, nous, jeunes âmes en recherche de sensations rock et énergique, puissions obtenir une dose salvatrice, jusqu’à la prochaine. C’est tout ce qu’est Mike Krol, en l’occurrence. Absolument à voir, cet homme va devenir important, il va devenir ce que l’on attend tous de lui, un grand nom du garage rock.

Crédits Photos: Pochette de Mike Krol – Power Chords

Malik Djoudi dévoile ses « Tempéraments » [Interview]
La sélection officielle du 72e festival de Cannes : La compétition
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *