Musique

Metal : Kylesa + Black Tusk + Howl à Savigny-le-Temple le 11 février

17 janvier 2011 | PAR Mikaël Faujour

C’est une belle soirée metal que proposera le 11 février l’Empreinte, à Savigny-le-Temple. En tête d’affiche, Kylesa, dont le dernier album, Spiral Shadow, a été très remarqué – y compris au-delà du genre metal – à l’automne dernier. Black Tusk viendra défendre

Venus de Savannah, comme les très recommandables Baroness (écoutez donc leur fabuleux Blue Record, paru en 2009, superbe album de metal progressif et psychédélique), Kylesa et Black Tusk prouvent l’inventivité de la scène georgienne en matière de metal (pensons encore à Mastodon ou Zoroaster, tous deux d’Atlanta).

Selon toute évidence tête d’affiche de la soirée, Kylesa sortait à l’automne dernier Spiral Shadow, son cinquième album, un an et demi après son prédécesseur. Le groupe y déroule une musique bouillonnante, physique, étourdissante, qui doit autant à sa puissance percussive (deux batteurs à l’appel) qu’à ses riffs lourds et entêtants entre stoner et doom. Mais, comme plusieurs de ses pairs dans la scène georgienne (Mastodon, Baroness ou Zoroaster), le groupe pondère sa musique par des variations de rythmes, de thèmes, de voix, devenant progressive, Kylesa laissant cours à des riffs plus aériens (« Crowded Road », « To Forget » ou encore l’excellent « Spiral Shadow », « Dust »), à des sonorités synthétiques, au chant féminin. Reliant les pôles opposés (lourd/aérien, bruyant/mélodique, tellurique/psychédélique), le quintette de Savannah accouchait d’un des albums majeurs de l’année metal 2010. Les connaisseurs ni la critique ne se sont trompés, l’album se plaçant même 7e au top 50 de Stereogum.com et 44e dans celui de Pitchfork.

MySpace de Kylesa

Taste the Sin, 3e album de Black Tusk, est sorti au printemps 2010. Dans un registre sludge clairement cousin de Kylesa, quoique plus brut de décoffrage, Black Tusk joue un son incontestablement sudiste, massif et sans chichi. Le trio (et ils en ont font du raffut pour trois mecs) joue une musique lourde, voire écrasante, mais dynamique, féroce, qui n’est pas sans rappeler Black Cobra ou Eyehategod.

Nouveau venu de la scène metal US avec Full of Hell, premier album sorti lui aussi au printemps 2010, Howl évolue dans un registre plus martial, plus sombre, pratiquant un doom qui a l’âpreté ravageuse du sludge et la menaçante férocité du black metal (la voix feulante s’en rapproche d’ailleurs nettement parfois). Des titres comme « Horns of Steel », « The Scorpion’s Las Sting » ou « Gods In Broken Men » ne devraient pas laisser indifférents les amateurs de metal extrême. Un groupe à découvrir.

MySpace de Howl

 

L’Empreinte, Savigny-le-Temple, 11 février, 20h
301, avenue de l’Europe
RER D Savigny-le-Temple
Entrée : à partir de 18€

Infos pratiques

L’électrique Melissmell sort son premier album
Gagnez 2X2 places pour le Discours sur le Bonheur à l’Aire Falguière le 23 Janvier
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *