Musique
Macy Gray et David Murray en ouverture de Jazz à la Villette, big concert

Macy Gray et David Murray en ouverture de Jazz à la Villette, big concert

29 août 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le festival Jazz à la Villette s’est ouvert ce soir avec deux concerts : Liane la Havas et Macy Gray. Une soirée placée sous le signe des voix, du blues mais aussi, du jazz, plus exactement du jazz band version maîtrisée par monsieur David Murray.

En guise de première partie annoncée, c’est à un « vrai » concert d’une heure qu’il a été possible d’assister.
Elle fait son entrée en scène, robe très mini, coiffure affro remontée sur la tête. Elle a 23 ans, elle est anglaise et apporte avec elle ses origines grecque et jamaïcaine. Elle enchaîne les titres, seule (c’est bien) ou en groupe (c’est beaucoup moins bien). Le ton est donné : soul et groove. Cette fille a le pouvoir d’être une BB King sexy, elle excelle quand elle souffre, sa chanson « gone » est un bijou, non formaté radio. Cette fille est à suivre, c’est encore fragile mais le talent, la voix et la douleur sont présents. Alors …

Place aux stars, aux vraies. Une diva accompagnée de 16 musiciens vous appelez ça comment vous ? Macy Gray, fauve vocal passe au dessus de 14 cuivres sans sourciller pendant que le génial saxophoniste David Murray joue les chefs d’orchestres. Il arrive à manier une véritable organisation avec tact et douceur, faisant qu’une écoute totale et un respect immense sont ressentis. Il commence sans elle pour se mettre en jambe puis elle vient, dans une fluidité hors du commun, réincarnation totale d’Ella Fitzgerald. Le son voyage de la nouvelle Orléans à la Californie dans des références nombreuses aux Crusaders.


Si tous sont excellents, le contrebassiste/bassiste/guitariste Jaribu shahid, le guitariste Mingus Murray (fils de David Murray), le pianiste Marc Cary tiennent du génie.La bande des trompettistes (Noel Langley,Mario Hernandez Morejon et Byron Wallen) sont hors du commun dans une technique tellement maîtrisée qu’elle leur offre une totale liberté .

C’est une vraie performance à l’américaine au cœur du XIXe arrondissement de Paris, avec ce qu’il faut de supplément d’âme pour éviter que le show ne devienne indigeste.L’introduction de calme, la mise en avant de chaque musicien permet d’empêcher toute sensation d’étouffement.

Le public de la Grande Halle aura fini debout, dansant et tapant dans les mains sur ordre de Madame Gray, énorme ambiance à hauteur de la qualité de ce big band.

Une superbe entrée en matière pour le festival !

Cat Power, et le Sun vient
Faites vous tirer le portrait par de grands photographes dans les Fnac de Paris
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Macy Gray et David Murray en ouverture de Jazz à la Villette, big concert”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture