Musique
(Live Report) Young Man+Yeti Lane+Bwani Junction au Café de la danse (14-11-2012)

(Live Report) Young Man+Yeti Lane+Bwani Junction au Café de la danse (14-11-2012)

15 novembre 2012 | PAR Celeste Bronzetti

Le café de la Danse confirme être l’une des salles de concert les plus bouillonnantes de la scène musicale parisienne. Avec le triple concert de hier soir, 14 novembre 2012, on nous a donné la possibilité d’écouter et d’apprécier trois projets parmi les plus intéressants de l’actualité indé-rock.

Parmi les 20 groupes à suivre signalés par le NME (New Musica Express) en 2012 Bwani Junction ne déçoit pas les attentes des « indémanes » curieux. Les jeunes écossais ouvrent la soirée brillamment avec une play list qui les présente et les décrit. Des mélodies prenantes et une énergie promettant le meilleur futur sous le signe de The libertines, Foals et Vampire Weekend.

Le duo français Yeti Lane leur donne le relais et surprend. Une force musicale admirable capture avec ses accents électroniques soulignés par une guitare qui s’impose souvent sur tout le reste. La voix qui les accompagne est un contour très souvent surmonté par la parfaite maitrise des instruments des deux extraordinaires musiciens, qui gérent la scène et leur performance avec une technique parfaite. Si de temps en temps les tons du rock ont raison du coté expérimental, c’est toujours pour confirmer une interprétation tout à fait personnelle et originale du nouveau rock électronique. Des échos plus flous semblent évoquer une descendance tant noble que courageuse, celle de Massive Attack, dont Yeti Lane semble répéter le mélange original d’ambiance et sons audacieux.

Mais s’il y a un vrai parrain de cette soirée, une influence dont on n’arrête pas d’entrevoir la marque, c’est celle de Vampire Weekend, et Young Man, le groupe principal et plus attendu de la soirée, est là pour nous le confirmer. Sous le guide de Colin Caulfield, chef du groupe et voix principale, le groupe tient la scène avec le même aplomb avec lequel son leader maitrise sa guitare. Avec Ideas of Distance Young Man nous a livré le hors d’œuvre d’une carrière qui s’annonce bien riche. Les énergies sont au sommet, la créativité est abondante et inspirée. Des morceaux qui ont des souffles lunaires et sophistiqués révèlent un projet, celui de Young Man, qui mérite d’être suivi de près. Les 5 musiciens, qui s’inscrivent dans le socle du genre créé par Vampire Weekend n’ont pas été réfractaires à d’autres influences moins actuelles : de The Killers aux The Verves, ils semblent tirer de leur descendance rock-indé les héritages les plus prodigieux pour nous donner un aperçu d’une nouvelle idée du rock travaillé à coups de synthétiseur.

 

Visuels : (c) Celeste Bronzetti

INDOCHINE : Le nouveau single est arrivé
Antonio Albanese et Le Roman de Don Juan : entre banalité et séduction
Celeste Bronzetti

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *