Musique

Live Report : Stupeflip au Bataclan (4/5/11)

Live Report : Stupeflip au Bataclan (4/5/11)

05 mai 2011 | PAR La Rédaction

Sous la pression d’une foule hystérique portant masques, bonnets et accessoires bricolés à l’effigie du C.R.O.U. le Bataclan plein à craquer,  est prêt à imploser.
La lumière s’éteint sur les visages en sueur des spectateurs qui telle une seule âme fanatique insulte leur « maître » pour lui souhaiter la bienvenue. Étrange rituel qui pose l’ambiance d’un concert des Stupeflip.

Le groupe investit  la scène, après cinq années d’absence, au son des « Monstres », dans une chorégraphie sordide et stupéfiante, parade macabre de freaks et zombies cagoulés et gantés. Les plus hardis  du public tentent de reconnaître une voix, une attitude pour mieux démasquer les membres de cet ovni collectif : King Ju ? Pop Hip ? Cadillac ? MC Salo ? Reverb Man ?  ça pousse, ça hurle, ça se grimpe dessus dans une ambiance bon enfant qui ne trahit pas la noirceur des textes sortis tout droit d’un imaginaire « psychopathe » où chacun peut retrouver le « ptiot » malaimé, voir maltraité qui fermente en lui. Triste destin que de grandir, quand « derrière Casimir se cache un costume vide… »

Arrive ensuite le personnage de Pop Hip, le seul à visage découvert, anti-héros du C.R.O.U. qui sous des airs faussement mièvres donne au spectacle son côté schizophrène : nappes de synthés 80, boîtes à rythmes, histoires d’ados et textes simplistes emprunts d’une vraie mélancolie. Malheureusement Pop Hip et ses petites ritournelles ont fait leur temps, il doit maintenant mourir et s’effondrer sur scène, criblé de balles, lynché sous les insultes.

Viennent enfin les vrais déguisements (entre féodal et vendredi 13)  les hymnes terrifiants et les slogans salvateurs : « A bas la hiérarchie » et surtout « Stupeflip Vite ». Cette tribu de déjantés, refoulée des maisons de disque et pourtant adulée, est la preuve que le public sait se passionner pour autre chose que le prémâché-digéré des plateaux télé « bien pensants ». De vingt à quarante ans on connait les textes par coeur, oui vraiment  « le truc est vivant dans les têtes même s’il est cramé dans les Fnacs ».

(C) Textes et  Photos Jérémie Fontaine

Plongeon dans les Sixties d’Union soviétique à Chaillot avec « The Sound of Silence » d’Alvis Hermanis
Le Collège des Bernardins accueille Elsa Sahal et Isabelle Cornaro
La Rédaction

5 thoughts on “Live Report : Stupeflip au Bataclan (4/5/11)”

Commentaire(s)

  • Chouquette

    merci jeremie Fontaine,

    tu nous fais honneur avec cet article. (comparé à d’autres journalistes qui n’ont rien compris) vive la dérision et surtout l’autodérision.
    merci,

    une fan de stupeflip présente au bataclan le 04/05/2011

    mai 8, 2011 at 15 h 54 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *