Musique

Live Report : Starboard Silent Side au Nouveau Casino (03/09)

03 septembre 2009 | PAR Mikaël Faujour

Sitôt charmé par Starboard Silent Side, sitôt au concert pour voir un peu ce que la bête a dans le ventre… Après un set intense et très rock, une confirmation : ce groupe va devenir énorme.

C’est devant une salle du Nouveau Casino remplie aux 2/3 que le groupe vient présenter son superbe album Because Our Friendship Was Meant to Sail ce jeudi soir. L’audience paraît – logiquement – encore mince, pour ce jeune groupe qui vient seulement de sortir son premier album quelques jours plus tôt. Et apparemment largement constituée de proches et de parents, comme le laisse à penser le nombre de têtes grisonnantes.

Après une première partie anecdotique, les voilà donc en scène. Il a drôle d’allure, le groupe : un guitariste imposant, qui paraît sorti d’un groupe de metal (entre Stephen Carpenter de Deftones et Kim Thayil de Soundgarden) ; un violoniste aux faux airs androgynes (Buni Lenski, ex-DAAU, rejoint par ses frères Simon et Adrian, toujours membres de DAAU) ; une section rythmique aux airs de M. Tout-le-Monde… et, surtout, un chanteur d’une élégance de Lord, de poète anglais – sans afféterie.

Malgré quelques problèmes de son, qui d’ailleurs reviendront çà et là durant le set sans trop l’égratigner (réglage du volume des instruments, des micros, larsens), la sauce prend derechef. Une première chanson suffit à convaincre le public qu’il n’est pas venu pour rien et qu’il en aura pour son argent. Tandis que l’album est assez doux et largement acoustique, c’est l’orientation rock électrique qui a été choisie pour la scène, sans se départir d’une touche très « americana » qui, décidément, rappelle par instants Calexico, le groupe donne dans un folk rock fringant. Et le choix électrique n’est pas contestable : Starboard Silent Side tient la scène sans aucune baisse de régime durant tout le set. Par instants, on a l’impression d’avoir là, un métissage de Calexico, de Neil Young et de Pogues, mené à la proue par un chanteur d’un charisme à mi-chemin entre Ian Curtis et Nick Cave.

p9030239

Car le chanteur (annoncé, soit dit en passant, comme suédois par le communiqué de presse, ce dont le français sans accent laisse douter…) a le charisme d’un grand – et les musiciens doivent prendre un pied phénoménal à soutenir un pareil interprète. Maîtrise vocale parfaite dans un registre qui évite tous les écueils (neuneuseries pleurardes,  mimiques surjouées…).

Une présence scénique in-croy-able. Ce mec aimante les regards. D’une parfaite théâtralité, non entachée du commun cabotinage des chanteurs pop, l’homme interprète ses paroles du corps et de la voix, scande ses paroles de regards, de gestes intenses, dont l’ampleur croît à mesure qu’avance le concert et qu’il gagne en confiance.

Ce groupe est terrible. Ce groupe ira loin. Ça ne fait tout simplement aucun doute.

p9030229

Rolling Stones : la rumeur du départ de Charlie Watts est infondée
Glitter Fever ce soir au Globo
Mikaël Faujour

3 thoughts on “Live Report : Starboard Silent Side au Nouveau Casino (03/09)”

Commentaire(s)

  • Pierre Alain

    Tout à fait d’accord avec ce report, c’était grandiose .
    Pour les origines du chanteur, il est bien suédois mais il a passé la moitié de sa vie en France …. ( j’ai posé la question à des amis du groupe ) .Et il maitrise aussi aisément le français, l’anglais le suédois , l’allemand … dixit les amis .
    Bon vent à eux , on en reparlera

    septembre 4, 2009 at 8 h 40 min
  • Fabrizio

    parfaitement d’accord avec ce commentaire: à mon gout, super en live-rock, l’album par contre un peu plus mou…

    septembre 6, 2009 at 22 h 01 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *