Musique

Live Report : Soirée du label Chapter Two

04 juillet 2012 | PAR Jerome Gros

Le mardi 3 juillet 2012 se tenait la deuxième soirée du label Chapter Two à la Bellevilloise, un véritable festival où se sont succédés différents artistes du label.

Pour cette deuxième soirée, le label n’a pas fait les choses à moitié. La bellevilloise était ouverte en haut et en bas, au club, pour accueillir les différents artistes présents. Et les salles étaient combles. De 19h30 à 1h environ, la Bellevilloise a été enivrée de mélodies aux accents jamaïcains et africains.

La chanteuse sierra léonaise Mariama, qui n’était pas annoncée, a été la bonne surprise de la soirée. Son album, An Easy Way Out, sort à la rentrée et promet de belles choses. Lëk Sèn, le jeune chanteur sénégalais, a investi le club le temps d’une belle performance. Il a interprété ses titres phares, tirés de son premier album, Burn. « Frica Sound » et « Rebel Blues » ont bercé le public. Lek Sen sort un deuxième album début 2013, aux teintes reggae, lui qui a déjà proposé un superbe album tourné vers le blues africain. . Après cinq morceaux, le chanteur annonce Winston Mc Anuff, qui s’exécutera au dessus.

Le chanteur jamaïcain a, encore une fois, été époustouflant. Sur scène, il est possédé, et il transmet son énergie inépuisable aux nombreuses personnes présentes à la Bellevilloise. Le chanteur était accompagné de Fixi, du groupe Java, d’abord au piano puis à l’accordéon. Le rythme était donné par un beat box, peu courant pour une session acoustique, ce qui la rendit exceptionnelle. La cohésion était parfaite, la version acoustique de « Rock Soul » époustouflante. Protoje, chanteur jamaïcain à la voix extraordinaire, est invité par Winston Mc Anuff le temps d’un morceau.

L’enchaînement se fait tout seul, et le temps de rejoindre le club en bas, les Zoufris Maracas montent déjà sur scène. Comme à leur habitude, Vin’s et Micho commencent sans les autres membres. La voix et la guitare proposent alors « Ami Bureau ». Puis, les autres montent sur scène et la salle s’enflamme. Ils jouent presque une heure, et la salle chante « Et ta mère », « le Peuple à l’œil » ou encore « Un gamin ». Ce dernier morceau conclut un moment épique et se mélange à un solo de chaque musicien (le trompettiste, encore une fois extraordinaire, le batteur et la guitariste, qui n’ont rien à envier au premier). Le concert se termine avec une dizaine de personnes sur la scène, qui dansent autour des Zoufris Maracas.

Vient le tour de Tom Fire. Si la transition a été un peu longue, et qu’un certain nombre de personnes sont parties pour attraper les derniers métros, Emile Omar a su la rendre agréable, distillant comme à son habitude de très bons morceaux (et notamment un « Babylon too rough », de Gregory Isaacs). Tom Fire se présente, un peu après minuit, accompagné d’un batteur. Il propose un set électro qui détonne dans la salle. On aurait pu y rester toute la nuit. Des morceaux de son premier album, The Revenge, sont distillés et retravaillés pour le show, comme « Marche ou Rêve » (avec Mc Solaar), « Get Baptised » (avec Jaqee) ou encore « Legalize it » (avec Derajah). Le public est transporté par les vibrations du jeune français. Au milieu du show, Winston Mc Anuff monte sur scène et prend le micro, pour une collaboration inédite et exclusive avec Tom Fire. Le chanteur jamaïcain est en transe. Tom Fire termine le set avec son célèbre « Brainwash » et les applaudissements.

La deuxième soirée du label Chapter Two était donc exceptionnelle. Tous les artistes du label ont offert une belle performance et ont participé au succès de ce petit festival.

Dans la tête de Decouflé à la Villette
6ème soirée Saveurs et Musique mardi 30 juillet au Restaurant Sens Uniques
Jerome Gros

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *