Musique
Live Report : Socalled au café de la la Danse (11/07/2011)

Live Report : Socalled au café de la la Danse (11/07/2011)

12 juillet 2011 | PAR Yaël Hirsch

Alors que leur nouvel album, « Sleep over » (The Freed/ Sony) sur lequel on trouve de nombreux featuring (dont Enrico Macias et Chilly Gonzales) vient de sortir, les Socalled étaient sur la scène du Café de la Danse, hier soir. Leur Kletzmer-hip-hop désormais mâtiné de folk a fait danser un public plus qu’enthousiaste.

Puisque son dernier album propose de découcher pour faire de la pyjama party une vraie fête, le génial Josh Dolgin est entré en scène à 20h30 précises dans son fameux pyjama rouge. Et a salué un public nombreux et déjà prêt à faire la fête dans son français plus que parfait. « Juffro » prononcée (avec calvitie en lieu et place de kippa), maigreur énergique et grosses lunettes à la Woody Allen, il a vaqué de son piano à queue, au micro, en passant par la beatbox fétiche du DJ et même un peu d’accordéon. Autour de lui, cinq excellents musiciens : deux guitaristes, deux clarinettistes (Kletzmer oblige!) et la chanteuse Katie Moore à la superbe voix folk.

Le show commence doucement, dans l’expérimentation des titres du nouvel album sans les illustres hôtes de « Sleep over ». Le collage de son et la boîte magique n’empêchent pas le piano à queue du jubilant Josh Dolgin d’envoyer des belles notes classiques, soutenues par son clarinettiste à qui il rend souvent hommage. Après deux chansons assez mouvementées, le chanteur se met seul au piano pour une superbe berceuse yiddish à propos des mots. Après un petit interlude ironique qui prend la forme d’un tour de magie, le groupe a enchaîné sur son tube de l’album « Ghettoblaster » : « You are not alone ». La salle est en liesse et tout le monde danse.

Le rythme s’emballe désormais… sans s’arrêter jusqu’au dernier « hit » de ghettoblaster, le chaplinien « These are the Good old days ». Lorsque les musiciens sortent de scène, le public continue à chanter le refrain pendant trois bonnes minutes. Socalled revient alors sur scène pour le superbe morceau folk « Sptinghill Mine disaster » (interprété avec Chilly Gonzales sur leur dernier album) et histoire de mêler encore plus les genres, ils donnent un morceau de funk en ultime bis : « House party » de Fred Wesley, que Dolgin nomme le « roi du funk », et qui a également participé à « Sleep Over ». La danse s’éternise, Socalled lâche un peu sa pression sur l’instrumentalisation et fait la fête, pour la plus grande joie du public.

La grande force de Socalled est de prouver que la complexité de la musique, des références culturelles et des arrangements, peut également être simplement synonyme de grande fiesta ! Diaboliquement efficace et jamais répétitive, leur musique est aussi agréable à écouter qu’à danser. Ce concert au café ed la Danse était probablement l’un des plus intéressants et des plus joyeux de la saison.

Socalled est aux francofolies de la Rochelle, ce soir, mardi 12 juillet 2011.

Soirée musicale à l’Hôtel de Ville de Paris le 24 août pour célébrer le Ramadan
Sarah Palin bientôt sur vos écrans
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Live Report : Socalled au café de la la Danse (11/07/2011)”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


    A propos

    Toute La Culture : Comment choisir ?
    Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

    L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
    Soyez libres… Cultivez-vous !

    Soutenez Toute La Culture