Musique

Live report : Ndidi O, Cleo T et 1973 au Batofar (10/11/10)

10 novembre 2010 | PAR Mikaël Faujour

Cette une belle affiche qu’offrait hier soir le Batofar, avec ces trois groupes/artistes en train de décoller et dont vous allez sans doute aucun entendre reparler dans les mois à venir. Dans une ambiance particulièrement détendue et amicale, les artistes ont tous livré un set de bonne tenue, malgré quelques problèmes de son.

C’est Ndidi O qui a l’honneur d’ouvrir la soirée. Accompagnée par un – très bon et polyvalent – guitariste et une bassiste, la belle Canadienne débute avec un blues érotique de pure classe. Pendant un set, hélas ! trop court, la chanteuse (qui s’accompagne parfois elle-même à la guitare) et ses deux musiciens promènent un public enchanté entre country, jazz et blues. À l’aise sur scène, Ndidi Onukwulu, qui vit à Paris, s’aventure à parler un peu français – ce que le public apprécie toujours – avec un délicieux panache qui rattrape ses menues erreurs. Avec sa voix (très jazzy/bluesy), où l’on sent vibrer une âme riche, et sa présence scénique très séductrice, l’audience a été captivée et n’aurait sûrement pas boudé un rappel. Nous invitons très chaudement nos lecteurs à découvrir cette excellente chanteuse, qui ravira autant les amoureux de smooth jazz que de blues électrique moderne, de soul ou encore des métissages folk/country/jazz, comme le dernier Norah Jones. De cette chanteuse, nous vous reparlerons sans aucun doute.

C’est ensuite Cleo T et ses quatre musiciens multi-instrumentistes qui prennent le relais, pour une petite heure d’un élégant folk rock élaboré à la trouble féerie. Un chant théâtral servi par des compositions brassant tour à tour cabaret expressionniste (un poème de Else Laske-Schüler, « Ein Lied », en intro de « Wie Traurig dieser Abend »), ambiance western réminiscente de la galaxie Giant Sand (OP8, Calexico, Friends of Dean Martinez…), ponctuations de violoncelle mitteleuropéen, de banjo ou de theremin (à peu près inaudible…). À la clé, une surprenante et très réussie reprise du « Heartbreak Hotel » d’Elvis (voir un peu plus bas) et la non moins plaisante reprise du « Some Day My Prince Will Come », tiré du classique Walt Disney Blanche Neige et les sept nains.

Cleo T et ses acolytes débutent ce 12 novembre l’enregistrement d’un premier album avec… John Parish, producteur (et co-compositeur et musicien) plus ou moins régulier de PJ Harvey depuis 1994. Celui-ci a également produit des pointures du rock alternatif américain tels que les susmentionnés Giant Sand, Sparklehorse ou 16 Horsepower, mais aussi nos compatriotes de Dionysos (Monsters in Love)… et s’avère le précieux architecte d’un rock arty et syncrétique, buvant aux sources de la musique nord-américaine (country, blues, jazz, folk, rock). C’est avec impatience que nous attendons la suite… Eu égard à ce que l’on en connaît, l’enthousiasme est de mise (cf. le MySpace de Cleo T). Nous diffuserons bientost deux vidéos du groupe, que nous avons filmé en studio.


C’est enfin 1973 qui est entré en scène pour clore la soirée. Groupe le plus connu, révélé par le concours CQFD des Inrocks, 1973 a sorti cette année un premier album très bien accueilli par la critique. Avec sa folk pop à la californienne suave et solaire, lustrée de belles harmonies vocales (et, à l’occasion, d’accents beatlesiens ou power pop), le trio 1973 – accompagné de deux musicos (soient trois guitares) et donc en formation quintette – a déroulé pendant une heure ses compositions enchanteresses. Le groupe ne brille pas par un expérimentalisme ni une nouveauté extrêmes, mais par un sens de la joliesse mélodique très efficace. On a pu en prendre la mesure, confirmant qu’il existe bien du talent en France et une pop qui ne soit pas synonyme de « soupe ».

Critique de Potiche: un hymne jubilatoire à la libération de la femme
Gagnez 2 places pour le concert de Born Ruffians le 6 décembre
Mikaël Faujour

One thought on “Live report : Ndidi O, Cleo T et 1973 au Batofar (10/11/10)”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *