Musique
Live Report : Ndidi O au Café de la Danse (10/05/11)

Live Report : Ndidi O au Café de la Danse (10/05/11)

12 mai 2011 | PAR Claire Linda

Ce mardi soir ensoleillé, le Café de la Danse est au complet pour accueillir une jeune femme brune au parcours déjà bien rempli. Ndidi O, vêtue d’une robe vaporeuse noire ne cessera de nous divertir de son air mutin,  de son humour bien trempé et de sa voix d’or, interprétant un répertoire puisé sur son dernier album « The Escape » ainsi que sur le précédent « Move Together »

Le concert commence fort, la voix est blues, chaude, profonde et très affirmée. La chanteuse est au piano, entourée d’un guitariste, d’un batteur et d’une bassiste.   Des tatouages décorent l’épaule et le mollet de la belle canadienne. Puis, debout, devant son micro elle distribue un chaleureux sourire et gratifie le public, venu nombreux, d’un « merci d’être là » et enchaine avec « Around The Corner ». Très vite il parait limpide que Ndidi O aborde les chansons comme des histoires. Elle prend un plaisir évident à nous conter ses poèmes très scénarisés avec un investissement émotionnel proche d’un numéro d’actrice.  Même une fausse manipulation aux lumières n’entament pas sa bonne humeur, elle s’en amuse et enchaîne en chuchotant avec un français hésitant aux accents enfantin « La France c’est le pays de l’amour, c’est le moment de se prendre les mains, let’s go dreaming of yesterday ». Le public, assis, écoute sagement et se laisse petit à petit séduire par la belle et son tube « He needs me » une chanson qu’elle écoutait petite. Le côté rétro du morceau est accentué par un slide de guitare régulier. Le rythme enlevé et l’attitude enjouée de Ndidi O sur « Whisper » emballe la salle à raison. « Crossing the Line » enflamme l’ambiance et le public se laisse aller sur cette voix de conteuse absolument étonnante. Du blues au style  a cappella, la suite du concert est un joyeux mélange d’applaudissements et d’envolées vocales. Le Café de la Danse sera debout jusqu’à la fin, improvisant quelques pas de danse et- même un peu de vocalise sur « Move Together ». Ndidi O ne fait que commencer son ascension.

CD : Je suis au Paradis, ou les contes fantasques de Thomas Fersen
Look du jour : Rachel Mc Adams en Maxime Simoens à Cannes
Claire Linda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *