Musique
Live-Report :Laurent Couson et les musiciens chinois de France jouent et chantent pour la fête de la Lune à la mairie du 13e (30/09/2012)

Live-Report :Laurent Couson et les musiciens chinois de France jouent et chantent pour la fête de la Lune à la mairie du 13e (30/09/2012)

04 octobre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Du 29 septembre au 7 octobre, la fête de la lune bat son plein dans le 13ème arrondissement de Paris. Deuxième grande fête de l’Empire du milieu après le Nouvel an, cette cérémonie automnale où les chinois présentent leur vœux au satellite argenté était l’occasion pour les parisiens de se familiariser avec une minorité discrète et trop peu connue. Des personnalités politiques et artistiques chinoises (L’ambassadeur de Chine en France, les Miss China, le photo journaliste Nick Ut Cong Huynh) se sont impliquées dans cette programmation exceptionnelle, qui proposait à la fois numéros de danse, d’acrobaties, expositions et visites guidées du quartier Chinois de Paris. mais l’hommage n’aurait pu être rendu à la lune sans musique. Compositeur, comédien et sinophile convaincu, Laurent Couson a réuni les plus grands musiciens chinois résidant en France pour un concert envoûtant où ses arrangements de chants traditionnels, d’opéra et des solos d’instruments chinois comme le Erhu ou la Pipa ont fait voyager le public de la salle des Fêtes de la mairie du 13e.

D’entrée libre le concert organisé en moins d’un mois par Laurent Couson et quelques uns des plus grands musiciens chinois de France a fait salle comble, dimanche 30 septembre, dans la salle des fêtes de la mairies du 13ème. Présentateur, chef d’orchestre, arrangeur et pianiste de la soirée, Laurent Couson jubilait de pouvoir présenter à un public parisien un art qu’il affectionne parmi tous : la musique traditionnelle chinoise. En effet, comment rendre hommage à la lune et comment raconter la légende d’amour qui préside à sa fête si ce n’est par des chansons.

Après une ouverture et un morceau composé par Laurent Couson très mélodique où les six musiciens se sont mis en place, la divine soprano Lin Chin Huang est entrée en scène pour 3 chansons d’une énergie et d’une douceur infinie. Gracile et élégante, son coffre étonne quand elle commence à chanter. Un timbre clair qui sait se faire soie pour exprimer toute la ferveur de la passion. Les musiciens chinois ont laissé place au maestro du Ehru, Gui Gan, qui a bouleversé le public, seule en scène avec une mélodie profonde et mélancolique. Autre solo notable et à la limite de l’expérimental : les cordes de la Pipa magnifique de Liu Yi Qing.

Encore quelques chants traditionnels portés par Laurent Couson et Li Chin Huang, avec même un duo où le pianiste et présentateur français de la soirée a chanté dans son meilleur chinois, et puis nous sommes revenus vers des sentiers plus familiers tout en douceur avec une première étape par la musique du film chinois connu par tous de Ang Lee « Tigre et Dragon » dans un arrangement très doux et très émouvant, puis à travers deux airs de l’opéra inachevé d’un Puccini inspiré par l’Empire du milieu : « Turandot ». Li Chin Huang a interprété avec un dextérité et une émotion qui ferait pâlir les plus grands soprani de la Scala et du Metropolitan Opera le fameux Air de Liu. Et puisqu’il est question de la lune dans cet opéra italien, Laurent Couson avait réussi à transmuer le « Choeur de la lune » en duo pour piano-voix. En final, les 5 musiciens chinois ont accompagné Laurent Couson dans son répertoire, un extrait mélancolique  de son album « Les raisons de s’en faire » : « J’aurais eu le temps », qu’il a déjà chanté un peu partout en Chine avec succès. Après 1h30 de concert, les musiciens ont été applaudis à tout rompre et debout par un public ravi. Une bonne excuse pour prolonger la fête de l’a lune d’une dernière chanson traditionnelle chinoise qui a terminé de créer un pont de notes entre la Chine et la France.

Rencontre avec Bobcat Goldthwait, réalisateur de God Bless America
Les soirées du week-end du 6 octobre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *