Musique

Live Report : Jah Cure et Mr Vegas à l’Elysée-Montmartre

14 février 2011 | PAR Jerome Gros

Le samedi 13 février, Le concert proposé par Garance Productions aura plus que satisfait les fans inconditionnels des chanteurs présents sur scène.

18h30, ouverture des portes. Certains musiciens déjà sur scène pour des réglages nous font profiter d’un son agréable, nous offrant les prémices d’un concert qui s’annonce explosif. Et, à 20h, effectivement, celui-ci le devient : le premier chanteur, Red Rat, arrive plus que déterminé, et motivé. Son jeu de scène dynamique et complètement déjanté joue en sa faveur, sa capacité à chauffer la salle enrôle les derniers sceptiques et à présent la foule remue sous les couleurs du dancehall de Red Rat. Le chanteur fait un hommage à Buju Banton, demandant qu’il soit libéré (« Free Buju Banton », le chanteur est emprisonné pour une histoire de drogue). Sa performance scénique fut exemplaire, et au-delà de mes attentes, moi qui ne connaissait de l’artiste qu’une ou deux chansons.

Sans interruption, sans attente après Red Rat, Mr Vegas apparaît aux alentours de 20h45 devant une foule déchaînée. Il est accompagné par Natel, jeune chanteur jamaïcain de 22 ans. Ce dernier s’empare du micro pour chanter « Miles Away ». Une voix à suivre de près. Mr Vegas embrase la salle d’un dancehall puissant et dynamique. Ses chansons s’enchaînent au rythme du bruit sourd du public saute sur place. « Heads High » mystifie la foule, « Tamale » la rend dingue, « I am Blessed » la laisse sans voix. Mr Vegas veut que la foule soit encore plus « crazy », et saute à son tour avec Natel sur scène. Les deux artistes lancent le mouvement et le public devient effectivement « crazy ». Le chanteur rend hommage à Barrington Levy en reprenant sa célèbre chanson « Here I Come » (d’une belle manière, peu nombreux sont ceux qui réussissent à rendre aussi bien que B.Levy ses interjections particulières dans ses chansons). Un hommage à Bob Marley, aussi : « Buffalo Soldier » et « Three Little Birds » réchauffent les éternels lovers.

La session dancehall est terminée, le public est rassasié. Place dorénavant au reggae calme et empreint d’amour et d’espoir de Jah Cure. Il faut attendre quelques minutes avant 22h pour le voir apparaître sur scène, accompagné de deux choristes, qui vont enchanter le concert jusqu’à sa fin. Il est clair que le rythme et l’ambiance changent, mais ce n’est pas pour le pire. Jah Cure enveloppe la salle d’un voile de bien-être de sa voix mélodieuse et calme. Le public s’enthousiasme en écoutant des chansons tels « What Will it Take », « To your Arms of love » ou encore « Call On Me ». Il fait de plus en plus chaud dans la sale et le chanteur se donne totalement. Il serre les mains qu’il peut de la scène, et retourne les sourires des groupies au premier rang. Sa chanson « True Reflection » fait écho au silence de la salle, émue et respectueuse. Sa session est saluée par une foule hystérique, mais qui reste peut-être sur sa fin : à 23h, le concert est fini. Les nombreuses personnes présentes à l’Elysée-Montmartre seraient bien restées toute la nuit.

Le concert, même s’il fut un peu court pour les inconditionnels qui resteraient éveillés jusqu’à l’aube, fut remarquable. Les fans et les curieux ont passé une excellente soirée, en compagnie d’artistes impressionnants.

Une brochette de parodies porno
Palmarès de la 53e cérémonie des Grammy Awards
Jerome Gros

One thought on “Live Report : Jah Cure et Mr Vegas à l’Elysée-Montmartre”

Commentaire(s)

  • kelly

    i throw o concert bet jer jer soiré exelente spend a good smoke and jme sui tize all bursting with a best-selling bandana with a large cannabis leaf man you mavai well over half its jsui shoot close-up and frankly its my jah ka fai Plaizir you always protects you and yours peace

    mars 4, 2011 at 12 h 05 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *