Musique

Live Report : Elina Garanca grande voix au TCE (13/10/2012)

15 octobre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Figurant parmi les favorites du Metropolitan Opera, la mezzo-soprano lettone à la chevelure d’un blond parfait était samedi 13 octobre l’invitée du prestigieux cycle des « Grandes voix » du Théâtre des Champs-Elysées. Dans un repertoire romantique russo-français, avec en plat principal son morceau de bravoure, Carmen, la diva a emporté son public. Largement soutenue et aidée par l’excellent Prague Philarmonia, conduit par Karel Mark Chichon.

Les percussions et les cuivres n’ont pas fait peur, samedi soir à l’élégant ancien assistant de Valery Gergiev. Conduisant vivement le Prague Philarmonia dans la bacchanale de Samson et Dalila ou trois pasodobles qui donneraient envie d’envahir tout de suite le Mexique, il a également su étirer les notes symboliques de la fameuse méditation de « Thaïs » de Massenet ou les notes de l’originale et romantique première version peu connue de ‘L’amour est un oiseau rebelle ». Entrée dans une robe longue asymétrique bleu profond, sa crinière d’or relevée et un colliers de diamants au cou, Elina Garanca a commencé à poser sa voix loin du domaine familier qu’elle réservait en cette soirée de fête à son public français. C’est par un air de la « Pucelle d’Orléans » et en russe que la mezzo-soprano a commencé. Mais pour vite se glisser avec aisance dans le rôle de Dalila de Saint-Saens (superbe interprétation de « Mon cœur s’ouvre à ta voix » et dans la Reine de Saba vue à travers les notes de Gounod. Avec une voix qui semble pouvoir atteindre la hauteur des notes d’une soprano, un timbre régulier, maîtrisé et d’une puissance redoutable, Garanca dégage en plus de la beauté et de l’harmonie a quelque chose de rassurant. Aucune trille, aucune note à tenir ne semble lui être un effort. Elle articule toujours impeccablement avec  une puissance tranquille que renforce encore son physique équilibré de jolie Walkyrie. Immobile, quasiment hiératique, elle lève parfois un bras avec théâtralité, renouant avec une mise en scène très sobre et rétro du corps de la chanteuse tandis que seul son visage exprime les émotions que transmet sa voix.

Du coup, bien qu’on ait tellement entendu parler de son fameux Carmen aux côtés de Robert Alagna en 2010, au Metropolitan Opera de New York, on a quand même bien du mal à imaginer cette athlète de la voix das le rôle physique, sensuel et tellement émotionnel de la cigarière la plus fatale d’Europe. Et pourtant… Revenue habillée d’une soie rouge très tranchante, sans changer d’un iota sa posture impassible et restant parfois même assise pour chanter, Garanca donne une telle performance vocale aussi bien dans les deux versions de la Habanera, « Près des Ramparts de Séville » et même « Les tringles des sistres tintaient » qu’on a pas besoin de voir le moindre mouvement de hanche pour se laisser séduire. C’est uniquement par les tympans, de manière quasiment immatérielle que le public suit jusqu’au bout de la soirée la mezzo-soprano la plus rigoureuse qu’il lui ait été donné d’entendre. Si bien qu’encouragée par les standing-ovations, la belle a donné 3 zarzuelas en bis, et finit par se laisser aller à se balancer d’un pied sur l’autre et à tenir des notes de plus en plus hautes et de plus en plus longues. Un festival pour rossignol repris en écho par les cuivres endiablés de l’orchestre pragois. Elina Garanca est désormais une valeur plus que sûre et l’une des grandes Carmen des années 2010.

Carine Roitfeld: le come back chez Harper’s Bazaar
Nadeah en résidence à la Boule Noire toute la semaine du 15 octobre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Live Report : Elina Garanca grande voix au TCE (13/10/2012)”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture