Musique

[Live Report] Concert Radwimps du 13 octobre 2015 à la Flèche d’Or

[Live Report] Concert Radwimps du 13 octobre 2015 à la Flèche d’Or

14 octobre 2015 | PAR Sandra Bernard

Depuis quelque temps l’automne est la période des concerts japonais. Le Groupe Radwimps ne déroge pas à la règle. Ce mardi 13 Octobre, Radwimps est venu pour la première fois déchaîner ses rifts en France ! C’est sur la scène de la Flèche d’Or que le groupe a enchanté ses fans durant plus de 1h30 !!!

Composé de quatre membres, Yojiro Noda au chant et à la guitare, Akira Kuwahara à la guitare, Yusuke Takeda à la basse et Satoshi Yamaguchi à la batterie, le groupe qui en est à son septième album continue son chemin hors des sentiers battus avec une musique au style unique mélangeant rock, rap et ska. A première vu proche d’Asian Kung-Fu Generation, ils se démarquent cependant par une rythmique complexe et une performance vocale unique.

Dans l’ensemble, le concert a été une franche réussite. La set liste a été particulièrement bien élaborée, oscillant entre morceaux très énergiques, des chansons très rythmées, et des envolés plus intimes comme celle spécialement dédiée par le chanteur à son futur bébé !!!

Le public était composé au trier de fans japonais et japonaises totalement en transes et déchaînés par l’ambiance fulgurante que le groupe a su communiquer. Mention spéciale au guitariste qui a réussi à s’attirer les faveurs du public, en essayant de parler français à chaque interlude, en plus de se mettre en avant avec le bassiste dans des « bœufs » hyper aériens. On retiendra également la performance de cache-cache que le chanteur a réalisé sur la scène, ce qui lui aura valu une ovation exceptionnelle.

Durant le concert, l’ambiance était véritablement électrique et bonne enfant. Les Japonaises se filmaient entre elles avec la scène en fond, les couples s’embrassaient dans un coin, le public a même donné le rythme de la chanson « Lin desu ka » pour l’introduire. Un sentiment de partage émotionnel est ressorti de ce concert où autant le public que les artistes ont véritablement été en osmose dans un moment de partage intense.

Tellement intense que le chanteur qui n’avait pas enlevé son chapeau tout le long du concert l’a fait tomber à la toute fin. Totalement épuisé, mais extrêmement content d’être là, celui-ci n’aura fait que deux chansons de rappel sur les trois prévues.

En bref un concert intime, dans une salle à l’effet intimiste, avec un groupe au grand cœur qui mérite d’être plus connu en Europe.

Furyo

Visuel : Radwimps officielle

[Interview vidéo] « L’Art du Regard » : Le sex-toy géant de Nicolas Winding Refn
L’anti-héroïsme des Troyens selon Thalheimer à l’Opéra de Hambourg
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *