Musique

[Live Report] Concert parisien d’Asian Kung Fu Generation à la Machine le 10 novembre 2015

[Live Report] Concert parisien d’Asian Kung Fu Generation à la Machine le 10 novembre 2015

12 novembre 2015 | PAR Sandra Bernard
Presque un an et demi après leur premier passage en France au Bataclan, Asian Kung Fu Generation est revenu à Paris le 10 novembre 2015 à la Machine (du Moulin Rouge) pour un concert flamboyant. 
Comme ils l’avaient promis lors de la dernière chanson Soredewa, Mata Ashita de leur premier concert français, Asian Kung Fu Generation est rapidement revenu retrouver son public français.
Groupe phare du rock japonais aussi connus pour leurs compositions énergiques – dont beaucoup ont servies de génériques d’animés – que pour leurs engagements, en particulier sur la question du nucléaire au Japon, Asian Kung Fu Generation (AKFG voire Ajikan pour les intimes) était très attendu par les fans français.
C’est devant une salle comble, bien que beaucoup plus petite que lors de leur précédent concert, que le groupe a enchaîné les 21 chansons de leur setlist (plus trois chansons de rappel) pour nous conduire dans les méandres de leurs mélodies magistralement maîtrisées. La performance de ces artistes prouve leur talent, tant scénique que mélodique, avec des riffs de guitare parfaitement interprétés par le souriant guitariste Kensuke Kita, une ligne de basse de Takahiro Yamada qui s’accorde à merveille avec une batterie virtuose de Kiyoshi Ijichi, pour nous charmer. Les membres du groupe, par la voix de Gotch (le chanteur) ont exprimé à plusieurs reprises leur joie de revenir à Paris et de retrouver un public toujours aussi chaleureux.
Si le groupe est toujours aussi statique, leur présence scénique ne fait aucun doute. Les jeux de lumières parfaitement synchronisés aux musiques ont conforté l’atmosphère électrique et intimiste du concert.
Une fois de plus, l’alchimie AKFG a parfaitement fonctionné.
Visuel : affiche officielle de la tournée européenne
« Le Saloon des derniers mots doux » de Larry McMurtry, quand les mythes s’effondrent…
La danse hospitalière de Sylvain Groud
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *