Musique

Live Report : 1973 au Café de la Danse ou comment planer en musique

04 juillet 2010 | PAR Claire Linda

Le concert des 1973 a été à l’image de leur album Bye Bye Cellphone sorti en mai dernier : Une bombe musicale, une invitation au bonheur ! et par ces temps 2010 corrompus, retrouver une telle énergie positive sur scène à Paris c’est inestimable et en plus nous avions été prévenus (ici). Thibaut Barbillon, Jérôme Plasseraud et Nicolas Franck sont des  musiciens qui assurent aussi bien en studio que sur scène.

Par ce caniculaire mercredi 30 juin, Le Café de la Danse, vibre d’une tension électrique due à l’attente du groupe 1973. Ambiance moite pour musique feutrée et planante. Un concert très attendu par le public venu très nombreux applaudir l’un des plus beaux groupes français  du moment.  Les premières notes de Sexy Plane résonnent et Thibaut, Jérôme et Nicolas apparaissent dans un scintillement de lumières et d’effets stroboscopiques. Accompagné par, Raphaël Séguinier, un batteur à la rythmique imparable de précision et  Antoine Reininger, un bassiste au groove impeccable. Le groupe s’approprie la scène pour un concert chaleureux, d’une beauté réconfortante. La température monte d’un degré à chaque nouvelle chanson et l’écoute attentive du public se fait participative, sur les titres déjà cultes Bye Bye Cellphone et Simple Song (for a complicated girl). Le charme opère et le brillant trio nous offre une belle réinvention de leur album au grès de subtiles variations instrumentales.

Austine, Dominic Dalcan, Stéphane Kroneborg sont invités à rejoindre le groupe sur scène sur le joli titre We are Nowhere. Les six voix en présence se mêlent joyeusement pour former une symphonie amoureuse.  « size the day kate » invoque le joli morceau, sur lequel le public conquis reprend en cœur les belles paroles composées par Nicolas Franck « what is to say there a way a getaway don’t you get away …» une ritournelle, battant un tempo crescendo, au rythme des cœurs amoureux de cette musique qui invite décidemment au bonheur.

Le café de la Danse est debout,  pour applaudir toute cette beauté et le rappel ne se fait pas trop attendre. A l’émotion de la puissante chanson Late night call, succède une invitée surprise : La jolies brune Diane Birch. Chapeau sur la tête, frange longue et voix de rockeuse soul. La jeune américaine interprète son single, Valentino, avec les 1973 qui prennent plaisir à accompagner la rythmique pétillante de la jeune pianiste. Malgré la chaleur, le public danse emporté par cette atmosphère amicale et festive.

Thibaut annonce une chanson « designée pour les claps », il est rejoint sur scène par des amis musiciens qui s’emparent d’un attirail de percussions pour faire résonner  l’inédite Queens. Le joyeux concert s’achève sous les applaudissements bien mérités.

1973 nous ont offert un très beau concert parisien. Et nous on a envie de les remercier pour toute cette belle énergie, et les surprises, puis de dire à l’équipe de Blonde Music que nous avons aimé les cadeaux musicaux, et tant de beauté et de talent réunis sur une même scène. Well done !

Album Bye Bye Cellphone ( Blondemusic)

Infos pratiques

Akira Kurosawa
Diane Birch en concert au café de la Danse
Claire Linda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *