Musique
Live Report (14/06/2012) : Sévérin et une soirée entre potes au Bus Palladium

Live Report (14/06/2012) : Sévérin et une soirée entre potes au Bus Palladium

21 juin 2012 | PAR Celeste Bronzetti

Un plateau très animé celui du Bus Palladium le 14 juin dernier : si Sévérin et son premier album comme chanteur-compositeur étaient les vrais stars de la soirée, Liza Manili, Constance Verluca et Lafayette, ont joyeusement partagé la scène avec eux. Convoqués par le jeune artiste français, ils ont pris le relais à son côté et chacun l’a accompagné pour un petit morceau du concert.

Sévérin survole sa jeune carrière sur le plateau du Bus Palladium, dès ses débuts avec Lafayette dans One Two, jusqu’au Dernier Tube de son album, sorti le 29 Mai dernier. Comme il a avoué à TLC (voir notre interview), son album éponyme arrive après avoir franchi la frontière des 30 ans, avec le désir d’un premier bilan sincère. Une besoin d’honnêteté qui se traduit, pour la première fois, en langue française : les chansons de cet album sont des véritables photographies du quotidien d’un artiste au regard malin et au sourire plaisant.
Le concert adhère, du début à la fin, à un album vif et spontané, celui d’un jeune chanteur qui aime faire de la musique son propre langage, une réflexion et, au même temps, une façon de s’amuser. Ses textes racontent des moments de vie ou de petites histoires qui l’ont traversée. Sur une scène à l’air familial, Sévérin se plait à raconter ces jolis anecdotes musicales. Il semble, d’ailleurs, oublier cette scène, et dans une atmosphère d’harmonie spontanée, il joue avec ses collègues et son public, amusés eux aussi par des textes qui parlent de nous et de tout le monde. L’impression est celle de participer à une soirée entre amis, Sévérin guidant le groupe, comme un camarade un peu plus expressif que le autres.
Le concert de Sévérin au Bus Palladium ressemble à ce genre de soirées inattendues entre amis, où on ne peut pas s’empêcher de partager la bonne humeur et où quelque chose d’à la fois simple et magique passe, comme un sourire contagieux parmi la troupe d’amis. Une soirée qui donne envie de chanter en choeur et de se couper la parole pour chanter un peu plus fort.

Jean Dujardin dans le prochain Scorsese?
La Fille mal gardée, ballet pastoral revisité par Frédérick Ashton
Celeste Bronzetti

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *