Musique
Les Eclatantes illuminent la Cité des sciences et de l’industrie

Les Eclatantes illuminent la Cité des sciences et de l’industrie

18 décembre 2020 | PAR Kevin Sonsa-Kini

La troisième édition des Eclatantes se déroule en ligne ce vendredi 18 décembre 2020 avec en tête d’affiche, la chanteuse Ayo qui donne un live exceptionnel en direct de la Cité des sciences et de l’industrie. 

Eh non, la culture ne meurt pas, même en période de crise sanitaire ! Malgré sa fermeture, la Cité des sciences et de l’industrie ne ferme pas la porte à la troisième édition des Eclatantes. L’événement se déroule ce vendredi 18 décembre en direct, en ligne sur Facebook live et Youtube et disponible en replay dès le lendemain. 

La soirée démarre dès 19h30 avec une initiation à l’art du bruitage en la présence de Jean-Carl Feldis, bruiteur, musicien et compositeur. Ce dernier, à l’aide de quelques instruments du quotidien (tasse à café, morceaux de sucre ou cuillère en bois), dévoile son secret pour imiter le bruit d’un feu de cheminée, d’un cheval au galop ou encore de la pluie. « A la veille des fêtes de fin d’année, nous avions envie de proposer un peu de cette magie tout en révélant l’envers du décor et quelques secrets de bruiteur que le public pourra facilement tester chez lui », explique Marie Becher, cheffe de projet événementiel à Universcience. La compagnie Les Goulus se joint ensuite à l’atelier pour une compilation de saynètes insolites. 

L’événement se poursuit avec à 20h, le concert inédit d’Ayo en direct de la Cité des sciences et de l’industrie. La chanteuse, qui a sorti l’album Royal en début d’année, livrera un live en piano-voix et en ligne. Un moment magique, pourvoyeur de bonnes vibrations. Marie Becher l’affirme : « La musique inspirée et le charisme d’Ayo portent un message d’espoir qui résonne avec la symbolique des fêtes de fin d’année. » 

Visuels : © Cité des sciences et de l’industrie © Sophie Koella 

Le site de l’évènement : https://bit.ly/3mwciyq

La page Facebook : https://bit.ly/2Wss6YA

L’atelier des artistes en exil donne sa vision du mot « confinement ».
« … Et l’été reviendra », exposition de Marion Charlet à la Galerie Paris Beijin
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture