Musique
Les artistes défendent la scène musicale française

Les artistes défendent la scène musicale française

25 mai 2020 | PAR Zeliechloe

Le pays se déconfine, la majorité des secteurs reprennent leurs activités, et la vie reprend son court petit à petit. Cependant la menace de la crise sanitaire est toujours là et les mesures pour l’endiguer sont toujours aussi contraignantes. Le secteur de la musique est particulièrement fragilisé par ces mesures. L’annulation de tous les festivals de musique et les concerts font craindre le pire à ces acteurs. 

Dans une tribune publiée le 23 mai, les artistes et les acteurs du monde musical s’inquiètent des effets de la pandémie sur le secteur. Signée tout d’abord par  Jean-Noël Tronc, Directeur général de la Sacem, Sibyle Veil, Présidente Directrice générale de Radio France, Pierre Bellanger, Fondateur et Président Directeur général de Skyrock, Bruno Crolot, Directeur général Spotify France et Dominique Delorme, Directeur des Nuits de Fourvière, la tribune indique clairement les risques encourut par la scène musicale française. 

Le secteurs n’est pas concerné (pour le moment) par un déconfinement progressif et les plusieurs mois d’arrêt auront des retombées critiques sur la santé de l’économie musical et sur sa diversité. 

 « cette situation implique une double peine économique?: avec la disparition de l’important canal de diffusion de leurs œuvres que sont les concerts, ils subissent une perte de revenus instantanée. Pour les artistes, les créateurs et les éditeurs rémunérés grâce aux droits d’auteur, cette perte de revenus s’inscrit dans la durée. Le coup d’arrêt porté aujourd’hui à la diffusion de leurs œuvres générera un effondrement de leurs revenus, en droits d’auteur, dans les douze à dix-huit mois à venir. »

Des artistes comme Brigitte, MC Solaar, Amel Bent, Jean-Michel Jarre, Clara Luciani ou Laurent Voulzy ainsi que 140 autres ont signé cette tribune pour soutenir la diversité de la scène musical française. La tribune appelle ainsi à diffuser des productions françaises. 

« Diffuser plus d’œuvres francophones et françaises, qu’il s’agisse de techno, d’électro, de chansons, de jazz, de musique contemporaine et de musique urbaine sur les antennes et dans les programmations, c’est assurer un avenir aux artistes de notre pays et des revenus en droits d’auteur, c’est leur permettre de toucher un public large et curieux. »

Pour aider ses sociétaires la SACEM a débloqué un fond d’urgence de 43 millions d’euros pour des avances exceptionnelles et une augmentation de l’aide aux éditeurs, mais cela suffira-t-il à compenser l’annulation de la saison des festivals ? 

Pour la tribune complète et la liste de signataire c’est ici

visuel : ©Daniele Dalledonne – concert de Jean Michel Jarre

 

Mort d’Albert Memmi, passeur et portraitiste de l’altérité
L’oeuvrier Jean-Loup Dabadie: sa mort, son oeuvre
Zeliechloe

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *