Musique

Le roi du blues B.B. King a tiré sa réverrence

Le roi du blues B.B. King a tiré sa réverrence

18 mai 2015 | PAR Flora Vandenesch

Décédé dans un hôpital de Las Vegas le soir du 14 mai, B.B. King avait 89 ans. « La légende du blues » est morte paisiblement dans son sommeil, laissant un grand vide derrière lui. Guitariste célèbre pour son tube The Thrill Is Gone, paru en 1970, B.B. King était l’un des derniers bluesmen à avoir grandi dans le sud des Etats-Unis d’avant la Seconde Guerre mondiale. Sa musique évoquait souvent cette atmosphère, les souvenirs d’une enfance passée à cueillir du coton dans des champs écrasés de chaleur.

Des hommages nombreux, de la part de ses amis et des musiciens du monde entier, ont afflué. On pouvait lire sur twitter : « Que Dieu bénisse BB King, paix et amour à sa famille » Ringo et Barbarax, « Mon ami et légende la musique BB King est decédé… Je suis si triste. Il a été si gentil avec moi… Nous avons perdu le Roi… Mon amour et mes prières sont pour sa famille », Richie Sambora. Le guitariste de légende Eric Clapton s’est également exprimé vendredi sur Facebook : « Je veux juste faire part de ma tristesse et dire merci à mon cher ami B.B. King ».

The Thrill Is Gone – B. B. King (Live at Montreux 1993)

B. B. King, de son vrai nom Riley B. King, est né le 16 septembre 1925 à Itta Bena, dans le Mississippi aux États-Unis. Guitariste, compositeur et chanteur américain, il est considéré comme l’un des meilleurs musiciens de blues, Il est, avec Albert King et Freddie King, un des trois « kings » de la guitare blues. Une musique qui trouve ses racines dans les chants de travail de populations afro-américaines apparues au Mexique et aux États-Unis au courant du 19ème siècle. Poignante et vibrante, elle évoque la joie mais aussi une grande tristesse exprimée dans ces chants , elle a même donné sa couleur à l’expression « avoir le blues ». Formidable courant musical, le blues a eu une influence majeure sur la musique populaire américaine, il est notamment à la source du jazz, du R’n’B et du rock ‘n’ roll.

« Le blues a perdu son plus important ambassadeur, quelqu’un qui avait pleinement conscience qu’il essayait de donner ses lettres de noblesse à un genre musical dont on se moquait ou que l’on considérait comme mineur », a déclaré Scott Barretta, écrivain pour Mississippi Blues Trail et éditeur du Living Blues magazine. Transmettant son amour du blues au public, B.B. King s’était dernièrement produit le 22 juillet 2009 à Paris, au Palais des Congrès, avant d’assurer un concert à Cognac le lendemain, dans le cadre du festival Blues Passions.

Visuel : Flikr

Cannes, jour 5 : Maïwenn sur le couple, Van Dormael et Jeremy Saulnier trépidants
L’oiseau : un court-métrage d’animation couleur charbon
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *