Musique

Laurent Couson : Monsieur Luxure est l’une des rares pièces à montrer un état d’homme par rapport aux femmes

19 octobre 2010 | PAR La Rédaction

On l’avait rencontré, il y a un mois, dans le rôle principal du film de Claude Lelouch, « Ces amours-là » (voir notre interview), et on le retrouve à la composition, direction, à l’incarnation et même à la production d’une comédie musicale sortie de son imagination « Monsieur Luxure ». Après le succès d’une sa création musicale « Roméos et Juliettes », au Théâtre de Suresnes en 2008, c’est sur les planches de la gaité que Laurent Couson et son quatuor de musiciens-comédiens-chanteurs qu’ils représentent en musique les heurts et malheur d’un musicien doué mais égo- et ethno-centrique, que les femmes vont faire grandir pour le rendre maestro…Alors que le spectacle commence le dimanche 24 octobre, rencontre au lendemain du premier grand filage de la comédie.

Pour lire notre article sur Monsieur Luxure, cliquez ici.

Le projet de Monsieur Luxure est-il né il y a longtemps ?
En fait, j’ai commencé à l’écrire il y a trois ans à Bangkok, au trentième étage d’une tour avec une très belle vue sur toute la ville. Et je l’ai écrit très vite : en deux mois. Mais au départ, c’était une pièce de théâtre, avec simplement des moments musicaux. Il n’y avait pas de chansons. Aussi, il y avait beaucoup plus de personnages. Mais la trame était la même. Puis après, à la fin de l’année dernière, après une rupture amoureuse sévère et violente, j’ai eu envie d’écrire des chansons là-dessus. Et après avoir écrit une quinzaine de chansons, je me suis dit : « Tines ! Il faudrait les intégrer à ce spectacle, se servir de la trame de Monsieur Luxure pour raconter ces chansons ». Et donc peu à peu, le spectacle de théâtre est devenu une comédie musicale.

Qu’est-ce que Monsieur Luxure apprend des femmes ?
Il a été formé par les femmes qu’il a rencontrées, finalement. C’est elles qui ont fait de lui ce qu’il est maintenant, beaucoup plus que les hommes. On s’aperçoit dès le début que les hommes, il les domine beaucoup plus. Ce qui l’embête avec les femmes, c’est qu’il voudrait les mettre dans des catégories très précises et très souvent ça se retourne contre lui. Dès le début du spectacle, dans l’ « Education sentimentale », il fait un peu un état des lieux de ses femmes préférées, et les classe dans des catégories extrêmement précises sans tenir compte trop de ce qu’elles sont te de ce qu’elles lui ont apporté.

Monsieur Luxure est-il politiquement incorrect ?
Je ne sais pas si Monsieur Luxure est politiquement incorrect. D’ailleurs, le personnage du psy dit cela au début du spectacle. Il dit qu’il nous met en garde car il ne suit pas du tout Luxure, mais par contre, dit-il, « Peut-être qu’il est proche de vous ? ». Et il demande au public de lui donner ses impressions à la fin. Luxure n’est pas foncièrement politiquement incorrect. Et moi je pense, qu’il y a beaucoup d’hommes qui vont se reconnaître là dedans, car ce sont des comportements qu’on a tous eu à un moment donné par rapport aux femmes… On a tous cru à un moment les posséder, les avoir et puis on s’est fait quitter, et puis on a voulu revenir, et puis on a eu mal et puis on a fait le fier, et puis on est allé voir ses potes pour boire un coup… La pièce, elle traite de cela : cet « état d’homme » par rapport aux femmes. Et je crois qu’il y a beaucoup de films, de pièces qui ont été faits sur les femmes qui parlent de leurs relations aux hommes. Je crois que pour les hommes c’est très rare, et Monsieur Luxure c’est ça. Ca raconte un peu l’histoire de la condition d’homme qui n’est pas souvent si facile.

Dis-nous la vérité, Monsieur Luxure, c’est un peu beaucoup toi ?
« Toute ressemblance, avec un personnage existant ou ayant existé ne serait que pure coïncidence ».

Il y a quand même une volonté de choquer ?
Monsieur Luxure est un grand enfant qui s’amuse et qui veut qu’on le regarde faire et dire ses bêtises. La provocation est là, ce n’est pas une provocation méchante. Vous avez Ravel disait qu’il fallait toujours garder une âme d’enfant quand on écrivait de la musique, c’est-à-dire arriver à siffloter la mélodie dans sa tête, arriver à s’amuser, à mélanger les sons comme un enfant qui joue aux legos et qui assemble les jouets. La création qui oublie l’âme d’enfant, moi elle ne me touche pas.

Peux-tu nous expliquer le succès des comédies musicales en France, ces dernières années ? Et quel est le défi à relever quand on monte une comédie musicale ?
Il était temps que les comédies musicales aient du succès en France, car elles en ont partout dans le monde. Je crois que ce qui fait le succès de la comédie musicale, c’est que c’est un art complet. Un art de danse, de comédie, de musique, de théâtre, c’est un peu l’art ultime. C’est comme l’opéra, sauf que ce n’est pas la même façon de chanter. Mais les exigences sont comparables à celles de l’opéra. Ce sont des grands opéras populaires et c’est normal que ça ait du succès en France. Cela a eu un peu de mal à démarrer parce qu’il n’y avait pas cette culture là, parce que le théâtre avait à un moment donné pris les devants sur la comédie musicale, qui était plus une mouvance américaine. En France, on a une tradition d’opérette, qui est beaucoup plus proche du théâtre de boulevard que la comédie musicale américaine, qui est vraiment de la situation jouée de la vie quotidienne, beaucoup plus naturelle et aussi beaucoup plus exubérante. La difficulté de monter ça, c’est de trouver des artistes qui savent tout faire. Et là, la particularité de Monsieur Luxure, c’est qu’on va encore plus loin qu’une comédie musicale car non seulement on chante et on fait la comédie, mais en plus, on joue des instruments nous-mêmes, alors que dans une comédie musicale « classique », il y a un orchestre dans la fosse. Donc le grand défi de Monsieur Luxure, c’était de trouver des gens qui savent tout faire : quoi savent aussi bien jouer d’un instrument, que chanter et jouer la comédie.

Et comment les as-tu trouvés ?
Siegfried, Raphaël et Eric sont des gens que je connais depuis des années, et avec qui j’ai souvent travaillé. J’ai pensé à eux aussi quand j’écrivais, en me disant : »je vois comme ils vont dire ça, je vois comment ils vont agir». Et j’ai aussi pensé à eux musicalement. Puis, il a fallu que je trouve LA femme, celle qui incarne toutes les femmes et ça c’était un grand challenge. Donc j’ai auditionné, j’ai vu beaucoup de candidates, et puis un jour j’ai eu un vrai coup de cœur pour Romy, que j’ai vue, revue et revue ; j’ai mis beaucoup de temps à me décider et puis après je me suis dit, je pense que c’est elle, car elle me trouble, et elle me résiste, c’est ce qu’il faut.

Et pour toi, si tu es désormais rôdé à la comédie depuis ton rôle dans le film de Lelouch, « Ces amours-là », c’était la première fois que tu chantais ? Était-ce difficile de « tout » faire ?
Je ne suis pas un chanteur et je ne le serai jamais, car il faut des années pour développer une technique de chanteur. Donc j’essaie d’être un interprète des textes. Et c’est vrai que bien chanter, c’est tout simplement bien jouer la comédie, c’est se libérer, croire à ce qu’on dit, et là on arrive à chanter juste, en tant que musicien, cet aspect ne pose pas de problème, et alors la chanson vient d’elle-même. Monsieur Luxure est une vraie comédie musicale à la Française. A Broadway, les partitions sont écrites pour les chanteurs à voix. Et là, nous serions incapables de jouer là-dedans. Je ne pourrais pas chanter un musical de Broadway. Mais là, c’est un peu « à la française », c’est une comédie musicale qui aurait pu être chantée par un Gainsbourg, un Biolay et puis un Serge Reggiani à côté.

« Monsieur Luxure », de Laurent Couson, avec Laurent Couson, Romy Sublet, Siegfried Courteau, Raphaël Bancou et Eric Jacot, mise en scène : Jean-Luc Moreau, à partir du 24 octobre au Théâtre de la Gaité, 26 rue de la Gaité, Paris 14e, m° Gaité ou Montparnasse, 30 euros. Réservation ici.

Page facebook de l’évènement ici.

Infos pratiques

Des grands chefs dans le métro
Réservez-vite : Arno le 8 novembre au Casino de Paris
La Rédaction

2 thoughts on “Laurent Couson : Monsieur Luxure est l’une des rares pièces à montrer un état d’homme par rapport aux femmes”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *