Musique

L’agenda des soirées d’octobre

L’agenda des soirées d’octobre

02 octobre 2019 | PAR Rodolphe Pete

Voici une sélection subjective, forcément incomplète mais fondée sur des coups de cœur, de soirées à Paris et en régions pour un début d’automne forcément électro !

Rodolphe Peté

Coups de coeur 

Vendredi 4 et samedi 5 octobre, Pulse festival, Villebon-sur-Yvette

Avec notamment Anetha, Ben Klock, Dave Clarke, Dax J, DVS1, Marcel Dettmann, Rebekah, Juan Atkins, DJ Bone, Ben Sims, Regis et Louisahhh. Sous un dôme qui évoquera des souvenirs aux anciens (“Welcome to the Rave” 1 et 2), cet événement dans le meilleur esprit rave tient toutes les promesses en terme de line-up, avec quelques poids lourds internationaux qu’on ne se lasse pas d’écouter.
Pratique : www.pulsefestival.fr

Du mercredi 9 au samedi 19 octobre, Nancy Jazz Pulsations

Avec notamment Metronomy, Motor City Drum Ensemble, Detroit Swindle, Naive New Beaters, Beirut, Catherine Ringer… Depuis plus de quatre décennies, la ville de Lorraine est devenue un répère incontournable pour les musiques jazz mais en s’ouvrant aussi progressivement à d’autres styles, dont l’électro. Invitant par exemple Laurent Garnier qui a tant oeuvré pour le métissage sonore. Cette année encore, le dosage équilibré devrait faire des miracles…
Pratique : www.nancyjazzpulsations.com

Vendredi 11 octobre, Thylacine, la Carène, Brest

Le natif d’Angers est un des producteurs français les plus passionnants du moment, notamment parce qu’il a choisi de conjuguer musique et voyages, composant sur place des morceaux d’une grande richesse musicale et émotive, loin de toute artifice et effet de mode. De la Russie à l’Argentine, ses pérégrinations ont abouti à quelques belles réussites, comme en témoigne son dernier album en date, “The Roads”.
Pratique : 30, rue Jean-Marie Le Bris, port de commerce, à 21 h.18, 50 ou 23,50 euros.

Samedi 12 octobre, l’Extraordinaire chapiteau de Madame Loyal, Villeneuve-la-Garenne (92)

Avec notamment Chez Damier, Jeremy Underground, DJ Pierre, Point G, Gilb’r, S3A et Marina Trench. Un horaire pas trop tardif, un chapiteau, des légendes de la house américain, quelques dignes représentants de la house music made in France et des espoirs qu’il faut suivre : à quelques minutes de Paris, ce rendez-vous prometteur ne manquera pas d’attirer les amateurs.
Pratique : 21,50 euros, 115 boulevard Charles de Gaulle, de 14 h à 2 h.

Du jeudi 10 au samedi 12 octobre, Fiesta des Suds, Marseille

Avec notamment Hocus Pocus, Bon Entendeur, Irène Dresel, Skip The Use. Grand rendez-vous festif de la Provence en mêlant les genres, les espoirs et les têtes d’affiche, le changement de lieu ne devrait pas ternir son habituel succès. L’occasion d’accueillir, comme Marseille sait si bien le faire, des publics heureux de partager ensemble un moment de communion sonore sur une large et généreuse scène.
Pratique : www.fiestadessuds.com

Vendredi 11 octobre, Name festival, Roubaix-Lille

Avec notamment Ben Klock, Ellen Allien, Laurent Garnier, Len Faki, Maceo Plex, Modeselektor (live), Recondite vs Marcus Worgull, Rodhad. Dans le paysage désormais touffu des festivals de l’Hexagone, le Name, qui navigue entre plusieurs endroits emblématiques de la région, s’est affirmé au fil des éditions comme un roc aussi solide que sérieux, avec quelques habitués. Preuve que le Name a largement fait ses preuves.
Pratique : www.lenamefestival.com

Du mercredi 16 au vendredi 18 octobre, Mama festival, Paris

Avec notamment Bandit Bandit, Bon Entendeur, Molécule (Acoustic 360), Maud Geffray (live), entre la Cigale, la Machine du Moulin Rouge, le Bus Palladium, les Trois Baudets… Un festival itinérant dans quelques-uns des endroits les plus emblématiques des musiques à Paris, avec un line-up particulièrement éclectique, voilà qui ne se refuse pas pour faire le plein de découvertes en milieu de semaine.
Pratique : www.mamafestival.com

Vendredi 18 octobre, Detroit Love Lille, Magazine club, Lille

Au sein de la deuxième génération des producteurs de Detroit, Carl Craig s’est détaché depuis un quart de siècle par un sens prolifique de la production sous de multiples alias et projets. Il prolonge ce large talent par des mixes où, à défaut de grand sens technique, il sait parfaitement raconter une belle histoire house et techno. Avec aussi DJ Holographic et Falafef.
Pratique : 84, rue de Trévise, à partir de minuit, prévente à 12,50 euros.

Vendredi 25 octobre, Laurent Garnier, le Bikini, Toulouse (Ramonville-Saint-Agnes)

Nul doute que la soirée n’affiche complet. Logique et mérité pour celui qui a tant fait en France pour les musiques électroniques depuis 30 ans et à l’étranger quand il s’agit de promouvoir les talents de l’Hexagone. Aux platines, le quinquagénaire demeure une légende du mix, unique et hypnotique. Avec aussi Kmyle (live) et Humtsi.
Pratique : www.lebikini.com

Du jeudi 31 octobre au samedi 2 novembre, Pitchfork festival, Paris

Avec notamment John Talabot, 2 Many Djs (dj set), Agar Agar, Sebastian, Belle and Sebastian et Primal Scream. La grande halle de la Villette devrait logiquement afficher complet avec une telle affiche qui fait la part belle à la fois à la nostalgie et aux nouveautés, au rock et à l’électro, aux têtes d’affiche comme aux découvertes en pleine ascension. Un mélange roboratif pour trois jours de fête.
Pratique : www.pitchforkmusicfestival.fr

Soirées 

Vendredi 4 octobre, Les Eveillés, Anthony Rother, Rex club, Paris

Grande figure de l’électro, Anthony Rother est aussi connu pour ses prestations live aux machines qui n’ont rien à voir avec pousser quatre boutons derrière un écran d’ordinateur. Depuis plus de 20 ans, le fondateur du label Datapunk a signé quelques-unes des plus belles pages de la musique électronique, à l’instar du “Springlove”, créé avec Sven Väth. Avec aussi Galaxian (live), Sync 2’, Foreign Sequence.
Pratique : 5, boulevard Poissonnière, Paris II. Minuit-6 h, 12 à 15 euros.

Vendredi 4 octobre, Icone, Michael Mayer, I Boat, Bordeaux

L’appellation de la soirée n’est pas usurpée, une fois de plus, quand on invite le boss du label Kompakt. Depuis Cologne, les galettes house et techno n’en finissent pas d’affoler les dancefloors du monde entier. Aux platines, l’Allemand retranscrit avec un immense talent la propension de Kompakt à créer des mélodies entêtantes, d’une grande richesse émotionnelle. Avec aussi Atlantic et Junior Felip.
Pratique : quai Armand Lalande, à partir de 22 h, prévente à 10,50 euros.

Vendredi 4 octobre, Club Made, 1988 Live Club, Rennes

Avec Paranoid London, Miley Serious, Nicolas Lutz, Grego G, Jabba 2,3 et T.O.M. Depuis quelques mois, le club breton fait très fort, en ayant notamment invité le pionnier François Kevorkian, si rare dans l’Hexagone. Il continue de dérouler une impeccable programmation, dont cette soirée house et techno résume bien l’esprit fédérateur, pointu et exigeant, avec une volonté de faire découvrir quelques figures moins connues.
Pratique : 27, place du Colombier, à partir de minuit, 10,50 ou 15,50 euros.

Samedi 5 octobre, Let’s dance, Lil Louis, la Belle électrique, Grenoble

Bien sûr, son célèbre et classique tube “French Kiss”, l’a propulsé vers les sommets voilà déjà bien longtemps. Bien sûr, son côté diva le suit aussi depuis longtemps. Car monsieur aime mixer torse nu pour montrer qu’il vieillit bien… Au-delà de ses caprices, l’Américain toujours coiffé de sa casquette n’a pas son pareil pour faire bouger le dancefloor avec quelques perles house de superbe facture. Avec aussi Fred P.
Pratique : 12, esplanade Andry-Farcy, à partir de 23 h, de 13 à 16 euros.

Samedi 5 octobre, Magie Noire, 6ème anniversaire acte I, Dieze Warehouse, Montpellier

La soirée devrait s’annoncer très house, avec ces deux excellents producteurs qui ne sont plus seulement connus des initiés. Si Traumer a brillamment explosé dans le monde entier, aussi bien en solo qu’en duo (avec DJ Deep) ou en trio à l’époque de Mod3rn, Léo Pol, lui, ne bénéficie pas encore de la même aura. L’écoute de son live devrait mettre tout le monde d’accord…
Pratique : à partir de minuit, 188 avenue M arché Gare. 10,50 ou 12,50 euros.

Samedi 5 octobre,Technorama records, l’International, Paris

Avec DJ Jee, Fat,Lab dj’s, Dynarec (live), Céline Technorama et Eküm. Du Rex au Batofar notamment, le label et les événements Technorama font partie du paysage techno de la capitale depuis bien longtemps. Avec toujours cette volonté de faire partager les coups de coeur des résidents emmenés par l’emblématique Jee, également brillant chroniqueur musical. A prix doux, une soirée qui ne se refuse pas…
Pratique : 5 rue Moret, Paris XI. A partir de 23 h 30, 5 euros.

Samedi 5 octobre, Polaris festival au Badaboum, Paris

La Suisse, ce ne sont pas que les coffres des banques, les vaches et le chocolat : c’est un pays béni pour les musiques électroniques, avec ses festivals, ses clubs et ses artistes phares comme Deetron. Mais il ne faut pas oublier Mirko Loco qui viendra prouver aux Parisiens que de l’autre côté des Alpes, on sait aussi parfaitement groover. Avec aussi Limited Brothers.
Pratique : 2 bis, rue des Taillandiers, Paris XI, dès 23 h 30. 12 ou 15 euros.

Jeudi 10 octobre, On Your Marks ! Djoon, Paris

Avec Phil Weeks et Un Deux. Si le premier est très connu depuis plus de deux décennies, auteur notamment du sublime “Slow Dance” et délivrant une house classieuse sur le label Robsoul, le second nom de la soirée ne parle pas forcément à tout le monde. L’occasion donc de découvrir ce jeune Parisien révélé par “On Drugs” et sa vidéo provocante, qui s’épanouit depuis notamment sur Tealer.
Pratique : 22, boulevard Vincent-Auriol, Paris XIII, dès 23 h 30, 10 euros.

Vendredi 11 octobre, closing Baou, Marseille

Avec Sonja Moonear et Point G live. Ma première est une dj de Suisse qui s’est très vite imposée en dehors de ses frontières. Mon second un producteur français, connu sous deux alias (DJ Gregory ou Point G) qui a écrit un hymne house parmi les plus beaux au monde (“Elle”). Mon tout fait une date forcément importante, qui permettra en plus de se coucher tôt ou de continuer en after pour prolonger un début de nuit prometteur.
Pratique : rond-point Antoine Sartorio, de 19 à 2 h. 7 euros en prévente, 15 euros sur place.

Vendredi 11 octobre, 7ème anniversaire de Tapage Nocturne, la Machine du Moulin Rouge, Paris

Avec Marc Acardipane, Manu le Malin, KRTM, DJ Chuimix, Makornik et Fuerr. Le hardcore sera à l’honneur pour une nuit qui risque de taper très fort dans les sous-sol du club. Un “tapage nocturne” qui ne craindra pas les plaintes des voisins et la venue des forces de l’ordre. De quoi être tranquille pour apprécier un passage si rare de Marc Trauner, légende vivante du hardcore et du gaber avec son label Planet Core Productions…
Pratique : 90, boulevard de Clichy, Paris XVIII,16 ou 18 euros, minuit-6 h.

Samedi 12 octobre, Bass Culture, Raresh, Rex club, Paris

Dans la lignée de la fameuse minimale roumaine, Raresh est une des grandes figures avec ses comparses Rhadoo et Petre Inspirescu. Ce n’est pas une surprise de le revoir au Rex, à l’invitation de l’hôte D’Julz, gardien du temple inspiré de la plus ancienne résidence en activité du lieu. La file d’attente promet d’être longue.
Pratique : 5, boulevard Poissonnière, Paris II. Minuit-7 h, 15 à 20 euros.

Samedi 12 octobre, Déja Vu, Yoyo, Palais de Tokyo, Paris

Depuis ses débuts sur le label Trip de Nina Kraviz, l’Islandais Bjarki a su évoluer, d’une techno ultra efficace à des sons beaucoup plus inattendus et moins linéaires qui devraient surprendre ses premiers fans, tout en lui amenant un nouveau public. Mais le producteur a en tout cas gardé son sens du secret et sa volonté de ne pas faire de concessions. Avec aussi Skee Mask et Boskow.
Pratique : 13, avenue du Président Wilson, Paris XVI, à partir de 23 h. De 10 à 20 euros.

Samedi 12 octobre, Euphoria, château de Kerambleiz, Plomelin (29)

Avec Electric Rescue, Sonic Crew, Solar Eclipse, Jus’Jul, Royskatt, Gatenoise et Club X Lub. Il se passe toujours quelque chose en Bretagne, et notamment le Finistère ! Quelques semaines après Fortress à Brest, les résidents d’Astropolis participeront à cette vie de château en mode techno pour une nuit de rave pleine de promesses…
Pratique : à partir de 19 h, prévente à 21 euros.

Samedi 12 octobre, 4MYPPL, le Transbordeur, Villeurbanne

Avec Folamour et invités. L’homme qui semble ne jamais se séparer de son bob est devenu une vraie coqueluche avec des sets house où il n’a pas peur d’y ajouter quelques ingrédients kitsch comme des tubes du groupe suédois Abba. Mais le jeune homme connaît aussi les classiques absolus comme les morceaux de Prince. Au final, un cocktail très efficace, à la mode, en espérant que sa large exposition médiatique ne soit pas juste une vague sans lendemain…
Pratique : à partir de 23 h 30, 3 boulevard de la Bataille de Stalingrad, 17,80 ou 19,80 euros.

Samedi 12 octobre, Fckng Serious, Boris Brejcha, T 7, Paris

L’Allemand au célèbre masque ne manque pas de fans, comme de détracteurs qui n’apprécient ni un son qualifié de trance, ni la présence de son objet fétiche sur scène. Fédérateur ou facile, le débat peut devenir sans fin dans le milieu techno où les tenants de l’underground ne brillent pas toujours par leur tolérance… Alors oui Boris Brejcha joue pour les foules qui aiment lever les bras. C’est consensuel, bien fait, pas révolutionnaire, mais séduisant. Avec aussi Ann Clue, Deniz Bull et Theydreamdrak-art
Pratique : dès 22 h 30, de 24 à 39 euros, place des Insurgés de Varsovie, Paris XV.

Jeudi 17 octobre, Anja Sugar, Rosa Bonheur, Paris

Résidente des soirées Villa Schweppes, aussi belle que talentueuse, la Parisienne se produit un peu partout en France en laissant derrière elle le souvenir de sets où électro, house et techno se mêlent au cours d’un grand voyage qui ne laisse pas indifférent. Dans un cadre aussi chaleureux que le chalet des Buttes-Chamont, la soirée promet d’être joyeusement belle…
Pratique : 20 h-minuit, 2 allée de la Cascade, Paris XIX. Entrée libre.

Vendredi 18 octobre, Arte Mix, le Trabendo, Paris

Avec HVOB live, Matthew Dear, La Fraicheur, Irène Dresel live, Fabrizio Rat live. Les concerts filmés par la chaîne franco-allemande sont un must du Net, et permettent à celles et ceux qui n’ont pas la chance de voir les sets et lives en direct de ne pas en perdre une miette pour les pieds, les coeurs et les oreilles. Une fois de plus, le line-up constitue un régal…
Pratique : www.letrabendo.net

Vendredi 18 octobre, Stanislav Tolkachev, Protocol, Pantin

Un nouveau lieu pour faire la fête aux portes de Paris, dans un esprit rave au sein d’un entrepôt qui accueille aussi des concerts en début de soirée. Pour les amateurs de techno, le passage du producteur ukrainien, déjà venu par exemple au Rex, mais plutôt rare dans la capitale, sera une belle occasion de découvrir ce site. Avec aussi Unhuman &AN-I (live), Oake (live) et Nastia Reigel.
Pratique : de 11 à 16 euros, à partir de 23 h, 100, avenue du Général-Leclerc.

Vendredi 18 octobre, Magda, le Faust, Paris

Révélée par un certain Richie Hawtin qui lui donna sa chance au sein de son label Minus, la Polonaise a depuis tracé un chemin semé de réussites, loin de la simple image minimale à laquelle elle était associée, comme Troy Pierce, autre découverte du Canadien à cette époque. Un parcours discret, gage d’une qualité sans besoin de s’exposer plus que nécessaire… Avec aussi Rohmi et Charlotte.
Pratique : dès 23 h 30, pont Alexandre III, Paris VII, 11 euros en prévente.

Vendredi 18 octobre, Todd Terje, Rex club, Paris

Le Norvégien qui aime tellement la house au point d’avoir choisi un alias en hommage à l’immense producteur américain Todd Terry apprécie apparemment beaucoup jouer à Paris. Les amateurs ne s’en plaindront pas, notamment celles et ceux qui l’ont découvert avec son tube entêtant “Inspector Norse”, devenu un classique ensoleillé. Avec aussi Raphaël Top-Secret et Epsilove.
Pratique : 5, boulevard Poissonnière, Paris II, à partir de minuit, 20 à 25 euros.

Vendredi 25 octobre, Mix Mag au Club Cabaret, le Cabaret Aléatoire, Marseille

D’un sud à l’autre : Anetha, la jeune dj et productrice originaire de Bordeaux viendra démontrer, pour celles et ceux qui ne la connaissent pas encore, son talent qui a traversé les frontières, en ayant intégré la même agence de booking que Blawan ou DVS1 par exemple, ce qui est un signe… Et jouer à Marseille ne doit pas une date comme les autres, elle qui expliquait dans une interview rêver de jouer à la Cité Radieuse du Corbusier… Avec aussi Airod et ABSL.
Pratique :41 rue Jobin, Marseille III. 5 ou 10 euros, de 23 h à 5 h.

Jeudi 31 octobre, Forever DNB, Rex club, Paris

Avec Break, Grey Code, Miss Leïa, L-Kind. La résidence d’Elisa do Brasil ne faiblit pas et demeure un repère incontournable dans la nuit parisienne qui manque cruellement de rythmes drum n’bass par rapport à un glorieux passé. Manque de curiosité ou d’intérêt du public ? Pour les amateurs du genre, cette sortie en milieu de semaine s’avère une étape plus que recommandable.
Pratique : 5, boulevard Poissonnière, Paris II. Minuit-7 h, 12 à 15 euros.

(Photos : Rodolphe Peté)

Agnès B ou le street’art tout en sobriété
Première sélection du Prix Interallié 2019
Rodolphe Pete

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *