Musique
La transe Des Comètes de Laure Brisa au Théâtre de l’Atelier

La transe Des Comètes de Laure Brisa au Théâtre de l’Atelier

25 juillet 2022 | PAR Margot Wallemme

Le festival Paris l’Eté se poursuit en proposant au public du Théâtre de l’Atelier un concert étrange, intime, puissant et onirique. Laure Brisa nous révèle son univers, elle nous ouvre à son monde sombre et particulier sous la résonance des étoiles. Des Comètes est un très beau spectacle, entre musique ravissante et théâtre sensible, c’est une expérience à vivre.

Un univers intime 

Seule sur une structure en mouvement, Laure Brisa est accompagnée de sa harpe et d’une multitude d’instruments électroniques. La musicienne, chanteuse et comédienne crée une musique étonnante de blocs superposés qui s’enchainent, se mêlent et s’estompent agréablement. Entre pop, électro, rock et voix lyrique, les chansons de Laure Brisa sont uniques et personnelles. Et la profonde mélancolie des mélodies plonge le public dans un état à la fois agréable et sensiblement dérangeant.

La beauté noire de la silhouette, accentuée par le costume de la musicienne et les sons bleus projetés dans la salle, composent une atmosphère arachnéenne. On est déstabilisés par cette araignée qui nous piège dans sa toile sonore. Pourtant, Laure Brisa est autant araignée que papillon, elle se métamorphose et se dévoile peu à peu au public .

De l’intérieur à l’extérieur

Des étoiles filantes inondent la salle, et sur la scène, s’échouent des vagues en noir et blanc. Des archives font défiler des visages inconnus, des miroirs jouent avec les lumières, tournent autour de la musicienne. Et c’est cet étrange intérieur, éclairé par une lumière bleue et faisant du public son intime, qui éclate peu à peu. On assiste à la naissance d’un papillon. La larve enfermée dans son cocon se réveille en nymphe et s’extirpe de la chrysalide pour devenir papillon. Les sons se transforment, le décor aussi, la chanteuse se métamorphose et nous offre sa superbe voix.

Laure Brisa nous guide dans son univers par la musique. Réciproquement, elle passe la tête vers le monde extérieur et établit un contact avec le public. De façon transcendante, les sons se répètent et agrippent l’esprit. Mais ce n’est qu’éphémère et les sons se meurent lentement depuis l’apothéose jusqu’à disparition du papillon. 

La puissance et la sensibilité de Laure Brisa sont uniques, c’est un étrange concert à vivre absolument.

 

Visuels : ©Alexandre Brisa

AVIGNON OFF 2022 : Quand le châtiment de Sisyphe prendra-t-il fin ?
« Le Domaine Pouchkine » de Sergueï Dovlatov : C’est normal en Russie
Margot Wallemme

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture