Musique

La playlist qui décolle

La playlist qui décolle

16 juin 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Fils Cara, David Lafore, Anna of the North, Froth et Tengger.

 

Nanna— Fils Cara

Un (premier envol), un accompagnement aux petits oignons, pousse pousse, entre les «nannas» et les satellites. Top-lines cosmiques c’est l’époque qui veut ça, anniversaire oblige. Pendant qu’Armstrong marche encore sur la lune, le fils Cara prête ses mains d’ouvrier pour maçonner une vibe joliment déstructurée.

High — Tengger

Une lévitation. Mari et femme plongés dans une transe drone et spirituelle, à chercher les fantômes et les présences extatiques derrière le monde visible. Les images sont incroyables et la ferveur est au rendez-vous. Magnifique décollage du côté de l’île de Java.

77 — Froth

Une transmutation, psychédélique cette fois made in banlieue de Los Angeles avec ce zeste de machin fantomatique et bien foutu. L’inspiration est au rendez-vous et la voix du chanteur toujours aussi hypnotisante. C’est du bon boulot.

Feel it — Octavian (ft. Theophilus London)

Un atterrissage derrière le grain d’une image fondue vintage par son aspect diurne. Allée et venue d’un spot à un autre, sautillant d’une drogue à une autre, d’une fille à une autre, Feel it. Octavian tient bon la rampe et nous permet de retrouver notre cher Theophilus London.

C’est pas vrai — David Lafore

Un come-back plein d’éclat, Lafore un peu chiffonné porte un masque, en toute discrétion, pour revisiter la chanson de rupture, dans ce style déhanché et pataphysique qui nous donne un peu d’air, un petit passage secret au milieu des flows fagocités. S’il fallait démontrer que l’on pouvait encore écrire un truc d’époque… C’est ici, en toutes lettres.

visuel : facebook de David Lafore

« Lune de miel », belle tragi-comédie entre maîtrise et naturel
Gagnez 1 nuit pour 2 personnes à l’hôtel Le Magic Hall
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *